Embarquement pour Mars

Couv Embarquement-pour-Mars

Voici LE livre de référence pour comprendre les enjeux, les étapes à franchir et les difficultés à surmonter pour poser des hommes et des femmes sur Mars.

EMBARQUEMENT POUR MARS: 20 DÉFIS À RELEVER (aux éditions A2C Médias, 2013) est un ouvrage collectif écrit sous la direction de Jean-François Pellerin, Richard Heidmann et Alain Souchier, avec la collaboration d’autres membres de l’Association Planète Mars. Soit une douzaine de spécialistes au total qui traitent d’une trentaine de sujets allant des enjeux économiques et stratégiques des missions pilotées martiennes aux différents scénarios proposés pour le vol, y compris les aspects techniques de la propulsion et de la descente sur Mars, la sélection des astronautes, leur alimentation et leur sécurité, leur exploration sur place de la planète rouge et l’aménagement de la base martienne. Sélection des astronautes et exploration sont les deux chapitres que j’ai moi-même contribués.

Il s’agit de la véritable « bible » du vol piloté martien qui explique au grand public, tout comme aux décideurs des agences spatiales, les questions soulevées par ce grand défi du 21ème siècle et les solutions proposées. Comme l’écrit l’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet dans la préface :
« Comme cet ouvrage le montre, tout semble aujourd’hui converger, et des technologies clés paraissent en mesure de solutionner tous les problèmes. […] Une chose dont je suis fermement convaincu, c’est que la vision d’un homme qui foulera pacifiquement, pour la première fois, la surface de Mars causera une vague d’enthousiasme et d’espoir comme le monde n’en a pas connu depuis un certain 21 juillet 1969 […] »

Embarquement immédiat, chez votre libraire !

Un an (martien !) sur Mars

Selfie-Windjana PIA183902

Le 24 juin, Curiosity a bouclé sa première année martienne (687 jours terrestres) sur la planète rouge et reste en bonne santé. Elle s’est photographiée le mois dernier (grâce à la caméra au bout de son bras robotique) devant le dernier site de ses exploits : l’affleurement de couches de grès « Windjana », qu’elle a foré pour en analyser la composition. Petit jeu : trouvez le trou du forage…

Opportunity toujours au travail !

Opportunity at (June 2014)

Le rover Curiosity est bien sûr la grande vedette martienne depuis son atterrissage sur la planète rouge, il y a bientôt deux ans. Mais avec ses dix ans de présence sur Mars, le rover de génération précédente, Opportunity, n’a pas dit son dernier mot. Il est toujours au travail, avec près de 40 kilomètres au compteur ! Voici l’une de ses dernières images, sur le rebord occidental du cratère Endeavour : très précisément à Pillinger Point sur Murray Ridge, (un cap et une corniche nommés en mémoire des feus planétologues Colin Pillinger, père de la sonde Beagle II, et  de Bruce Murray, ancien directeur du JPL). Le site recèle des argiles alumineuses, repérées depuis orbite. Charge à Opportunity d’opportunément les étudier de plus près…

Limace martienne

Rabe_Crater_perspective (400 Ko)

Cette spectaculaire image a été recueillie par la sonde européenne Mars Express qui n’arrête pas de nous livrer d’insolites portraits de la planète rouge. Il s’agit d’un champ de dunes (en sable basaltique, d’où la couleur noire) qui migre avec le vent pour se déverser dans des « puits » en périphérie du plateau central. Le tout prend l’allure d’une limace ou d’une amibe géante qui engloutit le paysage. Il s’agit en l’occurence du vieux cratère d’impact Rabe, large de 108 km, à l’ouest du bassin d’Hellas dans l’hémisphère sud (situé par 44°S, 325°W).

Vendre du vent martien

La page d'accueil de la société Uwingu, vente en ligne pour nommer "son" cratère martien
La page d’accueil de la société Uwingu, vente en ligne pour nommer « son » cratère martien

Une société privée, fondée par des astronomes et chercheurs du programme spatial, a lancé une campagne pour lever des fonds. L’objectif est louable : procurer des bourses à des étudiants et financer de petits projets spatiaux. La méthode pour récolter les donations l’est moins : proposer au public de baptiser un cratère d’impact ou une province sur Mars, en échange de quelques centaines à quelques milliers de dollars le site—alors que ce rôle était dévolu jusque là à l’Union Astronomique Internationale qui n’en tirait aucun bénéfice. Continuer la lecture