Donald Trump et la NASA

trump-nasaÀ quelques jours de l’investiture de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, le 20 janvier, l’avenir du programme spatial américain reste très flou. Si Hilary Clinton avait gagné, ou même un Républicain du sérail, il est fort à parier que le programme piloté aurait glissé vers un objectif résolument lunaire : le retour d’astronautes américains sur la Lune dans le cadre d’un vaste programme international impliquant l’Europe. Depuis l’élection de Trump, la constitution de son équipe de transition à la tête de la NASA, déjouant les pronostics quant aux cadres pressentis, ainsi que le peu d’informations qui filtrent en dehors de cette équipe, laissent les observateurs perplexes.

En premier lieu est sur la sellette la nouvelle fusée superpuissante SLS conçue par la NASA pour les missions pilotées loin de la Terre, et dont le vol inaugural est prévu pour 2018. De nombreux critiques pensent que les nouvelles fusées devraient dorénavant être construites par le secteur privé. L’administration Trump jouera-t-elle la continuité en laissant se poursuivre ce programme, ou le jettera-t-elle aux oubliettes, continuant à la suite de Bush et d’Obama la valse-hésitation qui mène la NASA nulle part ?

Vue d'artiste du futur lanceur SLS, plus puissant que la Saturn V des vols Apollo
Vue d’artiste du futur lanceur SLS, plus puissant que la Saturn V des vols Apollo

Le Sénat républicain a pris les devants pour voter un texte, sans valeur législative mais qui indique en tout cas les priorités qu’il voudrait voir Donald Trump adopter : soutien au programme de fusée SLS et à son vaisseau piloté Orion, mention d’une étape lunaire sur la route de Mars (avec en même temps un questionnement quant à l’utilité de se disperser en allant explorer un astéroïde), et—chose étonnante—une mission pilotée martienne en 2023. À si brève échéance (c’est dans six ans !) il ne pourrait bien sûr s’agir que d’un survol et pas d’un atterrissage sur la planète rouge. Mais ce ne sont là que les vœux pieux d’un Sénat qui exerce certes une grande influence sur le pays, mais qui n’aura pas le dernier mot. C’est donc toujours dans l’expectative totale qu’on attend de Donald Trump qu’il fixe les grandes orientations de la NASA pour les années à venir…

Terre Secrète: un nouveau livre

terre-secrete-couvUn « beau » livre pour Noël, écrit en collaboration avec Patrick Baud qui en a eu l’idée : présenter des sites insolites de notre planète, avec des explications géologiques à l’appui. Nous avons sélectionné 100 sites remarquables et pour la plupart peu connus, dont un lac magnifique (« Spotted Lake » au Canada) qui intéresse les planétologues comme « analogue’ des processus lacustres qui se déroulent sur Mars. Une grande photo pour chaque site et un ouvrage très réussi qui caracole en tête des ventes sur Internet dans la rubrique « guides de voyage ». Et quels voyages !

Novembre 2016, éditions Dunod, 25 €

Patrick Baud (au centre) et Charles Frankel lors de la présentation du livre à la librairie Le Divan (Paris 15ème). Photo Stephanie Wooley.
Patrick Baud (au centre) et Charles Frankel lors de la présentation du livre à la librairie Le Divan (Paris 15ème). Photo Stephanie Wooley.

Curiosity et son lac martien

Curiosity au lieu-dit "Murray Butte" en septembre 2016: le fond boueux d'un ancien lac...
Curiosity au lieu-dit « Murray Butte » en septembre 2016: le fond boueux d’un ancien lac…

Le robot automobile Curiosity de la NASA, avec à son bord des instruments d’analyse français, continue avec succès son exploration du cratère Gale, débutée en août 2012. Le robot roule actuellement sur le fond d’un ancien lac, une argile à grain fin (mudstone) cartographiée sous le nom de formation Murray (en honneur au feu planétologue et ancien directeur du Jet Propulsion Laboratory, Bruce Murray). Au terme de quatre années d’études sur le terrain, Curiosity confirme que le grand cratère d’impact a abrité un lac durant un long intervalle de temps. Continuer la lecture