Donald Trump et la NASA

trump-nasaÀ quelques jours de l’investiture de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, le 20 janvier, l’avenir du programme spatial américain reste très flou. Si Hilary Clinton avait gagné, ou même un Républicain du sérail, il est fort à parier que le programme piloté aurait glissé vers un objectif résolument lunaire : le retour d’astronautes américains sur la Lune dans le cadre d’un vaste programme international impliquant l’Europe. Depuis l’élection de Trump, la constitution de son équipe de transition à la tête de la NASA, déjouant les pronostics quant aux cadres pressentis, ainsi que le peu d’informations qui filtrent en dehors de cette équipe, laissent les observateurs perplexes.

En premier lieu est sur la sellette la nouvelle fusée superpuissante SLS conçue par la NASA pour les missions pilotées loin de la Terre, et dont le vol inaugural est prévu pour 2018. De nombreux critiques pensent que les nouvelles fusées devraient dorénavant être construites par le secteur privé. L’administration Trump jouera-t-elle la continuité en laissant se poursuivre ce programme, ou le jettera-t-elle aux oubliettes, continuant à la suite de Bush et d’Obama la valse-hésitation qui mène la NASA nulle part ?

Vue d'artiste du futur lanceur SLS, plus puissant que la Saturn V des vols Apollo
Vue d’artiste du futur lanceur SLS, plus puissant que la Saturn V des vols Apollo

Le Sénat républicain a pris les devants pour voter un texte, sans valeur législative mais qui indique en tout cas les priorités qu’il voudrait voir Donald Trump adopter : soutien au programme de fusée SLS et à son vaisseau piloté Orion, mention d’une étape lunaire sur la route de Mars (avec en même temps un questionnement quant à l’utilité de se disperser en allant explorer un astéroïde), et—chose étonnante—une mission pilotée martienne en 2023. À si brève échéance (c’est dans six ans !) il ne pourrait bien sûr s’agir que d’un survol et pas d’un atterrissage sur la planète rouge. Mais ce ne sont là que les vœux pieux d’un Sénat qui exerce certes une grande influence sur le pays, mais qui n’aura pas le dernier mot. C’est donc toujours dans l’expectative totale qu’on attend de Donald Trump qu’il fixe les grandes orientations de la NASA pour les années à venir…

4 réflexions sur “ Donald Trump et la NASA ”

  1. Ce gus est une honte pour les Etats-Unis:il devrait être destitué !!!!
    This guy is a shame for United States:he should be destituted !!!

    1. Comme ce blog n’a pas vocation à être politique, je ne ferai pas de commentaire, mais je laisse ici votre intervention et vous remercie pour votre contribution.

  2. Il y a un mois, le pr sident Trump signait une loi ordonnant la Nasa d’entreprendre un voyage habit vers Mars au d but de la d cennie 2030. Il y a quelques jours, alors qu’il s’entretenait depuis le Bureau ovale de la Maison-Blanche avec Peggy Whitson bord de la Station spatiale internationale pour la f liciter d’avoir battu le record am ricain de jours cumul s dans l’espace (534 jours), une conversation plut t surprenante s’est engag e au sujet de l’exploration habit e de la Plan te rouge.

    1. Effectivement, le président Trump change souvent d’avis, au gré de ses humeurs, et n’a pas de vision personnelle informée et structurée du programme spatial américain. La commission science de la Chambre des Représentants essaye à l’heure actuelle de combler le vide intersidéral en cas de second mandat (voir mon article du 7/8 février).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *