Archives pour la catégorie Actualités

Elon Musk prône le bombardement de Mars

Interrogé par Stephen Colbert (à droite), l'entrepreneur Elon Musk (à gauche) prône comme boutade le bombardement thermonucléaire des pôles de Mars.
Interrogé par Stephen Colbert (à droite), l’entrepreneur Elon Musk (à gauche) prône comme boutade le bombardement thermonucléaire des pôles de Mars.

L’entrepreneur Canadien/Sud-Africain Elon Musk a créé le buzz sur le très regardé Late Show de la chaîne américaine CBS, en suggérant que Mars pourrait devenir habitable à coups de bombes atomiques. Ardent supporteur des missions pilotées vers la planète rouge et président de la société Space-X, qui fabrique des fusées et des vaisseaux spatiaux, Elon Musk a évoqué cette solution comme une boutade, mais elle a fait jaser.
Je commenterai cette actualité ce mercredi 16 septembre, dans l’émission de Sylvain Kahn “Planète Terre” sur France Culture, de 14h à 15h. Continuer la lecture

Un Martien parmi nous !

Scott Kelly, Guennadi Padalka et Mikhail Kornienko à bord de l'ISS. Kelly et Kornienko y resteront un an, Padalka 6 mois tout en battant le record du plus long temps cumulé dans l'espace (2 ans et 5 mois)
Scott Kelly, Guennadi Padalka et Mikhail Kornienko à bord de l’ISS. Kelly et Kornienko y resteront un an, Padalka 6 mois tout en battant le record du plus long temps cumulé dans l’espace (2 ans et 5 mois)

Dans le livre des records, l’été 2015 aura été marqué par la performance du cosmonaute russe Guennadi Padalka qui effectuait son cinquième vol spatial : à cette occasion, le 28 juin, il cumulait déjà plus de 803 jours passés dans l’espace—soit deux ans, deux mois et deux semaines—dépassant le précédent record détenu par le cosmonaute Sergueï Krikalev. Et comme Padalka ne terminera sa présente mission dans l’ISS (Station Spatiale Internationale) qu’en septembre, il reviendra sur Terre avec un record porté à deux ans et cinq mois, soit la durée d’une future mission martienne… Continuer la lecture

Volcans : Vénus éclipse Mars !

éruption sur Vénus (vue d'artiste)
éruption sur Vénus (vue d’artiste)

Mars contre Vénus : le match était lancé depuis longtemps dans le coeur des planétologues, quant à qui, de la planète rouge ou de l’étoile du berger, nous livrerait les premières images d’une éruption volcanique en direct, autre part que sur Terre.  (Io, lune de Jupiter, est hors concours : elle est en éruption permanente sous l’influence marémotrice de la planète géante, ce qui est un sacré phénomène en soi).

Olympus Mons sur Mars deviendrait-il le premier volcan extraterrestre à nous émerveiller ainsi ? Or il semblerait que Vénus soit sur le point de remporter ce duel de titans, du moins si l’on en croit les dernières études infrarouges de la sonde européenne Venus Express.

Continuer la lecture

Mars : un bon terroir

greenhouse

Décidemment, Mars n’en finit pas de nous surprendre depuis l’arrivée du robot Curiosity sur son sol. Avant cette mission, la planète rouge était présentée comme très hostile à la vie, avec un sol à la chimie agressive, bourré de superoxydes (des perchlorates, notamment) ; avec aucune matière organique (ces composés riches en carbone « réduit » dont la biologie a besoin) ; et un passé certes aqueux au début de son histoire, mais une eau que l’on nous présentait volontiers comme acide et inhospitalière pour la naissance de la vie.
Depuis, Curiosity a changé tout cela. On découvre petit à petit une Mars beaucoup plus séduisante, au point où je me remets à rêver d’un terroir où les futurs colons installeront des serres à même le sol et—petit phantasme personnel—planteront des vignes. Continuer la lecture

Curiosity dévoile l’histoire de Mars

 

 

Le rover Curiosity (dans le carré bleu) repéré depuis orbite martienne par la sonde MRO (NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona)
Le rover Curiosity (dans le carré bleu) repéré depuis orbite martienne par la sonde MRO (NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona)

On attendait beaucoup du rover Curiosity, posé le 6 août 2013 dans le cratère Gale de la planète rouge. Pour une mission aussi ambitieuse, coûteuse et unique—un seul robot automobile contre deux pour la génération précédente de Spirit et Opportunity—il fallait d’abord viser juste : choisir le bon site qui nous raconterait l’histoire la plus intéressante et la plus complète de l’histoire géologique et climatique de Mars. Il fallait ensuite réussir techniquement l’exploration et survivre suffisamment longtemps dans les conditions froides, rocailleuses, sableuses et abrasives du site pour analyser suffisamment de roches et d’échantillons de sol pour comprendre ce que le terrain avait à dire.
Après deux ans et demi sur Mars, on peut dire que le pari est gagné. Malgré son rythme de tortue, qui a depuis longtemps décroché le grand public mais n’a pas trompé les spécialistes, le long travail a fini par rapporter. Aux découvertes glanées dès les premiers jours de son périple—des bancs de gravier charriés par d’anciennes rivières, ainsi que des sédiments lacustres témoins d’une eau neutre, favorable à l’éclosion d’une vie passée—Curiosity vient de verser au dossier martien des éléments essentiels pour en comprendre les paysages et l’histoire : les premières analyses, depuis septembre dernier, des strates de l’impressionnante montagne de 5000 mètres de haut qui se dresse au milieu du cratère.

Continuer la lecture

Le mystère du méthane sur Mars

méthane couverture
La sonde Curiosity et son analyseur SAM ont découvert des bouffées de méthane sur Mars

Le rover Curiosity, qui analyse sur son chemin l’atmosphère martienne grâce à sa suite d’instruments embarqués, a détecté d’infimes traces de méthane dans le cratère Gale, selon un rapport publié le 18 décembre par l’équipe en charge dans la revue Science. Alors que le niveau de base du méthane est minime (environ une part par milliard, soit 0,0000001 %), un taux dix fois plus important a été mesuré sur un intervalle de deux mois, comme si une bouffée avait été relâchée quelque part sur la planète Mars. Elle interpelle les chercheurs, puisqu’une activité biologique n’est pas exclue pour l’expliquer, faisant resurgir le spectre de la vie sur Mars.
Continuer la lecture

Premier vol du vaisseau Orion : et après ?

Lancement le 5 décembre 2014 depuis Canaveral du vaisseau Orion (crédit:Mike-Deep-SpaceFlightInsider)
Lancement le 5 décembre 2014 depuis Canaveral du vaisseau Orion (crédit: Mike-Deep-SpaceFlightInsider)

Le vendredi 5 décembre 2014 a eu lieu le premier lancement dans l’espace d’une capsule Orion, pour l’instant sans équipage : un « super Apollo » conçu pour les futurs vols pilotés de la NASA « vers des destinations de l’espace profond (deep space), tels des astéroïdes et éventuellement la planète Mars », selon les propres dires de l’agence. Construit par Lockheed Martin, le vaisseau pèse 8,6 tonnes—deux fois la masse d’Apollo—et mesure 5 m de diamètre contre 3 m pour son illustre prédécesseur, ce qui donne 50 % de plus de volume habitable. Le lancement a eu lieu avec un jour de retard, en raison de fortes rafales de vent et de basses températures ayant causé quelques soucis avec des valves fonctionnant au ralenti. Mais tout est entré dans l’ordre.

Continuer la lecture

Deux nouvelles sondes autour de Mars

 

La sonde américaine MAVEN étudiera l'atmosphère martienne
La sonde américaine MAVEN étudiera l’atmosphère martienne

Dimanche dernier 21 septembre, la sonde MAVEN (Mars Atmosphere and Volatile Evolution) de la NASA est parvenue en orbite martienne après un vol de dix mois. Et trois jours plus tard, c’est dans la nuit de mardi à mercredi (24 septembre) qu’arrive à son tour la sonde indienne Mars Orbiter Mission. Elles ont coûté respectivement 671 et 74 millions de dollars, ce qui en font des sondes « raisonnable » pour la première et carrément low cost pour la seconde.

Continuer la lecture

Nouvelle carte de Mars

La US Geological Survey (USGS), bureau géologique des États-Unis, vient de publier sa nouvelle carte de la planère Mars, sous la direction de son cartographe « martien » Kenneth Tanaka.

La face volcanique de Mars, caractérisée par des plateaux volcaniques (rose saumonné)
La face volcanique de Mars, caractérisée par des plateaux volcaniques (rose saumonné)

L’ancienne version datait de 1987, élaborée à partir des images Viking des années 1970s. La nouvelle version profite de toutes les données récoltées par les sondes orbitales les plus récentes, à savoir Mars Global Surveyor (MGS), Mars Odyssey, Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), et la sonde européenne Mars Express. Elle utilise surtout les données altimétriques radar de MGS et les données infrarouges de Mars Odyssey.

Les terrains de la nouvelle carte sont divisés en une cinquantaine de types, sur la foi de leur âge (c’est le critère de base d’une carte géologique) et là où c’est possible, de leur texture ou de leur nature : éjectats météoritiques, laves volcaniques, couches sédimentaires…

Les nouvelles données, en particulier, ont mis à jour l’étendue jusqu’alors sous-estimée des plus vieux terrains martiens encore identifiables : ceux d’âge Noachien inférieur, c’est-à-dire d’un âge grossièrement compris entre 4,1 et 4,0 milliards d’années. Leur surface reconnue a plus que triplé, dépassant 20 millions de kilomètres carrés (40 fois la France), soit désormais plus de 15 % de la surface martienne.

Les coulées de lave, quant à elles, sont surtout identifiées à partir de la période géologique suivante, l’Hespérien, qui débute il y a 3,7 milliards d’années (après le Noachien moyen et le Noachien supérieur). L’activité géologique décline alors rapidement, mais perdure jusqu’à aujourd’hui (Amazonien supérieur) avec des inondations catastrophiques et des éruptions volcaniques rares, mais notables, sans compter le remaniement perpétuel de la surface au gré des changements climatiques.

Il ne reste plus aux astronautes qu’à débarquer sur Mars, marteau de géologue et nouvelle carte en main…

Astéroïde non, Lune oui, Mars peut-être…

Le 25 juin dernier a eu lieu aux Etats-Unis une audition à la Chambre des Représentants pour entendre et questionner les auteurs d’un rapport très attendu sur les orientations de la stratégie d’exploration spatiale américaine.

Ce rapport du National Research Council (NRC) recommande de laisser tomber, comme futur objectif des vols pilotés, un rendez-vous avec un petit astéroïde qui serait « remorqué » pour étude jusque dans la proche banlieue terrestre. Ce projet de la NASA et de l’administration Obama a été critiqué, depuis sa création, par la majorité des acteurs du programme spatial, les auteurs du rapport NRC soulignant qu’il s’agissait d’un « gaspillage des ressources disponibles ». Le rapport recommande au contraire un retour de l’homme sur la Lune, en préparation au vol piloté vers Mars, qui est confirmé comme étant la destination finale du programme habité.

Envelopper un astéroïde dans du papier cadeau ? Pas trop intéressant...
Envelopper un astéroïde dans du papier cadeau ? Pas trop intéressant…

C’est un réconfort pour tous ceux qui soutiennent l’exploration martienne, mais hélas un rappel que depuis l’élection d’Obama en 2008, le programme spatial piloté américain a perdu 6 ans (et bientôt 8) à divaguer vers des objectifs sans soutien. Affaire à suivre après les prochaines élections de 2016…