Archives pour l'étiquette archipel

Renisla 2014 et Unesco : Les ENR et « la Déclaration d’El Hierro »

Disponible en anglais, la Déclaration d’El Hierro est datée du 26 juin 2014. Elle est un bref appel, visé par l’Unesco, afin que les îles non interconnectées soient à même de fonctionner à 100% avec les ENR (énergies renouvelables) . Peut-être et même certainement, cela n’est pas possible partout mais il était important d’exprimer cet appel sur l’île d’El Hierro et dans un archipel, celui des Canaries (blog en espagnol).

Photo de groupe des particpants sur El Hierro à la Déclaration homonyme. Cliché : Unesco.
Le groupe des participants sur El Hierro à la Déclaration homonyme. Cliché : Unesco.

Comme bien souvent dans les organisations internationales et dans l’administration, l’amour des sigles, plus ou moins obscurs, règne et cela peut gêner la diffusion d’une bonne initiative. Renisla 2014 est pour The Renewable Energy Islands Forum sur El Hierro tandis que Renforus Initiative est pour Renewable Energy Futures for UNESCO Sites.

L'affiche de Renisla reprend et interprète une photographie de quatre moulins du parc du l'île (qui en compte cinq), dans le brouillard qui est la signature du paysage météorologique de l'île. Affiche : Cabildo de El Hierro.
L’affiche de Renisla reprend et interprète une photographie de quatre moulins du parc du l’île (sur un total de cinq), dans le brouillard qui est la signature du paysage météorologique de l’île. Affiche : Cabildo de El Hierro.

 

Açores : « La femme de Porto Pim… » d’Antonio Tabucchi

Toujours des voyages immobiles. Tabucchi et ses récits fragmentaires, tel un archipel du rêve, avec les vaisseaux,  les naufrages, les baleines des Açores – autres îles de la Macaronésie et sœurs des Canaries – de « La femme de Porto Pim et autres histoires« .

« Nocturne indien » d’Antonio Tabucchi est plus connu. Un grand libre, toujours fragmenté et post-moderne sur Bombay, et j’aime aussi le film homonyme d’Alain Corneau avec Jean-Hughes Anglade qui l’a éclairé pour un plus large public.

Tabucchi nous a quitté malheureusement, il y a peu, et j’ai aussi beaucoup d’admiration pour son maître spirituel et écrivain nocturne, le portugais Pessoa et son chef-d’œuvre toujours inachevé car toujours repris « Le livre de l’intranquillité». Un manuscrit ou plutôt des notes qui dormirent ensuite longuement dans une malle de voyage.