Trump remet Mars dans la course

Imprévisible, Donald Trump n’a pas fini d’étonner son monde. Alors qu’au mois d’avril il a enjoint la NASA à accélérer ses projets jusqu’alors soporifiques de retourner « vers » la Lune, et asséné comme objectif d’y poser des astronautes avant 2024 –ce qui apparaît irréaliste à nombre de critiques, mais en tout cas provocateur– voilà que le président américain secoue une nouvelle fois le cocotier en clamant haut et fort que même cette ambition est insuffisante.
Trump avait déjà déboussolé la NASA en tweetant le 7 juin que « la NASA ne devrait pas parler de retour sur la Lune », rappelant que l’homme sur la Lune remontait déjà à 50 ans, « mais devrait se focaliser sur les plus grands projets que nous faisons, notamment Mars… dont la Lune fait partie. »

Les astronautes d’Apollo 11 Michael Collins (à gauche) et Buzz Aldrin (à droite) ont fait clairement savoir à Donald Trump qu’ils préfèrent Mars à la Lune. Crédit : AP Photo/Alex Brandon

Le 20 juillet, le président américain a remis le débat Lune/Mars sur la table, à l’occasion d’une cérémonie à la Maison Blanche en présence de Buzz Aldrin et Michael Collins, deux des astronautes de l’équipage mythique d’Apollo 11, et ardents supporters d’un projet de vol piloté visant directement la planète rouge. « Pourquoi pas ce concept de Mars direct ? », a lancé Donald Trump à l’intention de Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA également présent, « Y a-t-il une façon d’y aller directement sans se poser sur la Lune ? Est-ce que ça fait partie du possible ? »
Et si Bridenstine s’est lancé dans la ritournelle qu’il faut d’abord apprendre à séjourner sur la Lune et qu’un lancement vers Mars se ferait depuis la future station Gateway en orbite autour de cette dernière, le président tient à remettre en question cette pensée unique. En interrogeant Mike Collins, qui a livré le fond de sa pensée en lâchant un laconique « Mars direct », Trump a repris la balle au bond : « Ça me semble à moi être Mars direct. Je veux dire, qui en sait autant que ces deux hommes ? Ils font ce boulot depuis longtemps. Alors pourquoi pas ce concept de Mars direct ? » Et de tancer l’administrateur de la NASA en ces termes : « J’aimerais que vous écoutiez le camp opposé, parce qu’il y a des gens qui aimeraient faire ça d’une autre façon. Alors écoutez Buzz et ces gens-là […] Je sais qu’on est déjà bien engagé [avec le programme lunaire Artemis], mais j’aimerais entendre le camp opposé. D’accord ? »
Un surprenant soutien du président américain à l’exploration humaine de Mars, et une remise en cause du programme lunaire, prenant à contrepied son propre camp. Décidemment, Trump n’a pas fini de nous surprendre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *