Qui suis-je ?

Étrange question qu’on me pose ici ! J’ignore qui je suis et je serais sans doute effrayé de le savoir.

La physique est une discipline qui m’enchante parce que, d’un certain point de vue, elle exige de nous une grande créativité mais, d’un autre point de vue, elle révèle également quelque chose du réel qui n’est pas le reflet de nos seuls fantasmes. C’est cette articulation – et son constant rappel à l’humilité – qui me fascine.

Photo faite par Camille Graindorge
Photo faite par Camille Graindorge

J’ai commencé mon cheminement par un doctorat en astrophysique des hautes énergies à Paris. Puis j’ai eu la chance d’obtenir, juste à l’issue de ma thèse, un poste permanent d’enseignant-chercheur à l’Université de Grenoble où j’ai soutenu mon « Habilitation à Diriger des Recherches » sur la physique des trous noirs. Je travaille depuis lors, entouré de montagnes, au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie du CNRS et je suis maintenant Professeur à l’Université Grenoble-Alpes.

Je collabore en ce moment activement avec l’Université de Stanford et j’ai été invité à deux reprises à l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques, puis à l’Institute for Advanced Study de Princeton.

Thématiquement, je me suis intéressé au rayonnement cosmique, et ensuite aux trous noirs et à la cosmologie.

J’ai participé à différentes expériences : astronomie gamma, rayonnement cosmique (avec l’instrument AMS sur la Station Spatiale Internationale) et cosmologie observationnelle (avec le télescope LSST actuellement en construction au Chili) et travaille également sur diverses questions plus théoriques : cosmologie quantique à boucle, champs quantiques en espace courbe, relativité générale, etc.

En résumé, je tente de m’intéresser à ce qu’on pourrait appeler « l’Univers noir » : trous noirs, matière noire, énergie noire. Et, bien-sûr, au Big Bang et à ce qui pourrait le remplacer en gravitation quantique ! En ce moment nous portons, en particulier, notre attention sur des modèles originaux dans lesquels l’Univers aurait connu une phase de contraction dans le passée et où, peut-être, le temps lui-même cesserait d’exister à « haute densité ». Cette question est intimement liée à celle de la structure des trous noirs.

Photographie faite au Sanatorium
Photographie faite au Sanatorium

J’ai publié – avec mes proches collègues – environ une centaine d’articles des recherche sur ces sujets, dans des revues à comité de lecture, et je suis expert (referee) pour la plupart des grands journaux internationaux dans mon domaine.

Articles de recherche

En parallèle, j’enseigne à l’université et en écoles d’ingénieurs. C’est pour moi un immense plaisir que je considère comme un honneur et un privilège. Mes étudiants sont souvent tellement formidables et m’apprennent beaucoup ! Récemment, je dépouillais leurs retours sur mon cours de licence et, sur la première fiche lue, était écrit « si tous les profs étaient comme vous, la fac, ça serait le paradis ». Naturellement, je prends cela avec le sourire et avec du recul mais ça m’a sincèrement ému. Pour moi, c’est plus précieux que les distinctions scientifiques ou les médailles reçues par ailleurs. Je suis également membre du Comité National du CNRS, en section « physique théorique ».

Enfin, puisqu’on me demande donc de me décrire ici en quelques mots, je m’intéresse beaucoup à l’art, à la littérature et à la poésie. J’ai écrit plusieurs essais et obtenu un doctorat de philosophie à l’Université Paris-Sorbonne.

Ces activités de recherche me comblent. Mais, en contrepoint de la dimension proprement scientifique, il faut aussi mentionner les magnifiques rencontres humaines qui ont été pour moi possibles dans ce contexte. Beaucoup de mes doctorants sont devenus de très précieux amis pour qui j’ai une estime sans limite et nombre de mes collègues m’ont durablement impressionné et influencé. J’ai pour eux tous une grande admiration et me considère comme très chanceux et honoré de les avoir croisé. Que soient ici remerciés tout ceux qui, comme le proposait Baudelaire de Wagner, « aux mauvaises heures, consolent d’être là », parce qu’ils osent affronter la complexité du réel avec courage et humilité.

12095066_901635133248501_3887459368128047948_o

Présentation sur le site de l’Université Grenoble-Alpes.

Brève interview sur le site de mon université.

37 réflexions sur “ Qui suis-je ? ”

  1. Vous apportez une grande clarté et une grande précision dans vos présentations (ouvrages et conf). Mais l’essentiel c’est que vous arrivez à faire partager votre plaisir et votre enthousiasme. Et ça nous donne envie de continuer et d’approfondir. Merci.

  2. Bonjour Mr Barrau,
    Je tombe sur votre blog en lisant un article sur futura-sciences.
    J’avais envie de vous écrire un petit mot, je suis venu vous écouter à Mons , sur les Univers multiples ,
    Ma démarche , est bien entendu d’essayer de comprendre le mystère de ce qui nous entoure , qu’est ce que l’on aimerait avoir une illumination , comme si l’on présentait quelque chose sans pouvoir le nommer.
    En tout cas merci pour votre clarté, et puis chapeau pour votre aisance de communication

  3. Une question qui me tarabuste, c’est la nature de l’espace. Les gravitons ; ok mais le vide autour, alors? Les ondes gravitationnelles, onde/particule? Et pourquoi pas l’éther? Comment les gravitons interfèrent-ils avec les autres particules, protons, neutrons…? Enfin, j’arrête là. J’aimerais juste votre réponse à « pourquoi pas d’éther », c’est à dire la nature de l’espace ; un continuum, plastique nécessairement pour transmettre des ondes éventuelles… Et si graviton, comment agiraient-ils. Merci de prendre qq minutes à me répondre 🙂

    1. bonjour Jean-Gustave .
      on est au moins deux à se demander ce qu’est l’espace (accessoirement le temps) ; ce que signifie ‘vitesse de la lumière’ ( % à quoi? à quel substrat?)
      voir mes questions restée sans réponses sur le blog ‘vient-on vraiment de découvrir les ondes g….’ ?

  4. Est-ce la poésie, qui vous a mené à la physique, ou l’inverse (à moins que la propriété ne soit réciproque). Quoiqu’il en soit la philosophie telle que vous l’exprimez semble être un enfant naturel des deux !

  5. Bonjour Aurélien !

    Je suis venue à l’observation astronomique par hasard, puis naturellement je me suis inscrite aux RCE de la Villette pour assister à quelques conférences choisies …
    C’est ainsi que j’avais sélectionné la vôtre pensant assister à une conférence classique et là devant l’énergie ahurissante, l’aisance intellectuelle déployée, la mémoire impressionnante de l’orateur,j’ai pensé :
    Ce n’est pas qu’ un Astrophysicien, ce n’est pas qu’un Philosophe, ce n’est pas qu’un Acteur …… Cet homme est une bombe, il communique par déflagrations et vous m’avez fait penser à Antonin Artaud sur lequel j’essaie d’écrire!…….
    Et justement, alors que j’y pensais, vous en avez parlé !……….
    Y a t il des hasards dans votre espace ou créez vous des champs de force, d’attraction ?/ A bientôt.

  6. Bonjour,
    j’ai assisté à votre conférence aux rencontres du ciel et de l’espace le dimanche 13 novembre; et j’ai acheté votre livre « des univers multiples; à l’aube d’une nouvelle cosmologie » -tirage mai 2016.
    Si le rayonnement fossile a été correctement rajouté page 69, il semblerait qu’il ait échappé à votre attention dès le début du livre dans le prologue, premier paragraphe, 1ère ligne!.
    On comprend que le satellite Planck porte à notre connaissance des détails sur les lois physiques qui régnaient quelques milliardièmes de milliardièmes de milliardièmes de secondes après le Big Bang.
    le mot « Au-delà » ne saute pas aux yeux et n’explique rien…
    Si vous pouviez corriger cette phrase ambigüe ce serait une bonne chose, car dès le début du livre j’ai été choquée…

  7. Bonjour,
    J’étais à votre conférence du 10 février 2017 à Martigues (Association M13) j’ai vraiment beaucoup aimé.
    J’ai lu dans votre blog de présentation, « récemment, je dépouillais leurs retours sur mon cours ….. il était écrit « si tous les profs étaient comme vous, la fac, ça serait le paradis ».
    Je comprend cette remarque, n’ayant pas eu la chance d’étudier, je la fait mienne.
    J’avais lu votre livre, « Big Bang et au-delà », peu de temps avant la conférence, ce faisant, j’ai eu l’agréable sensation d’entendre votre livre.
    Je recommande cet exercice ô combien plaisant.
    Dans votre livre vous nous livrez vos réflexions plus politiques, plus sociétales, que je partage aussi et qui prouvent si besoin, que les plus grands scientifiques on bien les pieds sur terre.
    Sans flagornerie, s’il vous plaît, continuer d’écrire, continuer vos conférences.
    Vous nous ouvrez, vous m’ouvrez à des mondes inconnus et mes jours sont plus beaux.
    Quand publierez-vous à nouveau ?
    Merci Monsieur Barrau.

  8. J’aime beaucoup votre intelligence, votre art de la rhétorique suffisamment cabotin et pédant pour rester humain.
    Aristote disait que le doute est le début de la sagesse: continuez à nous faire douter !
    Cordialement
    Astrophile

  9. Bonjour Aurélien, Formidable de pouvoir recevoir de vous tant d’explications claires sur l’astrophysique de notre temps! Rien de moins, rien de plus. Le point zéro quoi. Il me semble que notre univers baigne dans un tel fluide que seul, vous-même, êtes capable de vous en approcher sans basculer. Troubadour de l’image, de l’espace et du temps, je puis dire que je vous adore… saltimbanque du XXIe siècle. Longue vie à votre bloque. Merci à Futura de nous offrir une telle présence.

  10. Bonjour Aurélien, merci beaucoup pour vos interventions c’est un plaisir d’entendre une personne intelligente, c’est pas tous les jours malheureusement que l’on a cette chance.
    une question : à partir du moment ou rien n’est semblable dans l’univers, est ce que les mathématiques ont un sens, ou ne sont ils qu’une vision, maline, des choses ?

  11. Je suis impatient de pouvoir regarder (sur youtube) la suite de vos cours sur l’Univers! J’arrive à vous suivre … pour l’instant! (même si le son est vraiment faible pour moi!)

    Je m’excuse si ce n’est pas le lieu, mais je ne sais pas où le faire ailleurs! J’aurais 2 petites questions pour lesquelles je suis sûr que vous pourrez m’indiquer des pistes de réponses (liens …)!

    A la fin du premier cours vous évoquez le changement d’énergie d’onde produit par les déformations de l’espace … j’ai, naturellement, des difficultés à comprendre! … cela laisse penser que ces ondes interragissent avec l’espace en se « basant » sur un « autre » référenciel qui lui serait invariant … hum … est-ce que je suis compréhensible????

    La deuxième question n’a pas grand chose à voir … c’est au sujet des lentilles gravitationnelles … quand les 2 objets sont lointains (pas le soleil par exemple), comment connait-on la position réelle de l’objet dont la lumière est déviée par l’objet plus proche? (ma réflection vient de la lecture de l’article https://elpais.com/elpais/2017/06/07/ciencia/1496847615_931780.html et du diagramme qui y apparaît)

    Merci de votre attention et excusez-moi si j’ai abusé … … …

    Et encore merci pour vos intéressantes conférences disponibles sur youtube!!! (je suis beaucoup trop loin pour y assister sur place!)

  12. Bonjour monsieur Barrau
    Merci pour ce que vous faites!
    Je me posais la question suivante: les trous noirs primordiaux (petit par rapport aux trous noirs stellaires) ont été crées alors qu’ils étaient entourés d’une énergie considérable.
    Comment dans ce cas, pouvaient ils commencer à s’évaporer, alors que l’évaporation des trous noirs est quelque chose de très lent?
    Je suppose (ai je tort?) que au contraire, ils n’ont pu que augmenter leur masse. Cette masse a pu dans une région proche de leur espace jouer un rôle considérable dans le début de l’univers. Pourquoi pas, soyons déraisonnable, créer un embryon de galaxie pour chaque trou noir primordial. Ce qui aurait le mérite d’expliquer le trou noir gigantesque au centre de chaque galaxie.
    Veuillez excuser mon impertinence.

  13. Dans le domaine de la vulgarisation scientifique, vous êtes mon nouveau maître.
    Vous êtes d’une stupéfiante clarté sur des sujets ardus et obscurs.
    Merci de nous aider à nous élever.

  14. Et ben ¡ Moi qui croyais que mes idées étaient les meilleurs et dans vos cours je me suis cassez la gueule avec la vérité, la gravitée, les mythes et les trous noirs.
    Et je vous remercie, vous ne pouvez pas savoir !

  15. Bonjour Monsieur Barrau,
    Pour ma part je ne connais rien à la physique mais vos paroles résonnent en moi comme une poésie, je lis des mots que je ne peux définir et qui pourtant m’émeuvent. Vous devez être comme cela dans la vie, un homme qui invite à la danse des mots, sans juger son interlocuteur car il ne sait pas danser.
    Belle soirée

  16. Bonjour, en premier lieux merci.
    Je suis vos cours de cosmologies mis en ligne sur youtube, quel bonheur et que de questions à la fois.

  17. Quand meme la Chine : Genèse des mondes, Lie Tseu (Taoïste)

    Maître Lie Tseu dit :
    » Les anciens cheng-jen voyaient dans lumière et ténèbres (Yang et Yin) les principes régulateurs du monde. Or, tout ce qui a un corps naît de l’incorporel : ainsi d’où serait né le monde ? C’est pourquoi je dis : il y eut une grande Mutation, un grand Commencement, une grande Genèse, une grande Création Originelle. La Mutation (est l’état dans lequel) la force ne se manifeste pas encore. Le grand Commencement est la genèse de la force. De la grande Genèse naît la forme. La matière jaillit de la grande Création Originelle. L’état dans lequel force, forme et matière n’étaient pas encore séparées est dit Chaos. On appelle Chaos l’état dans lequel les dix mille êtres étaient confondus et ne s’étaient pas encore séparés. «

  18. Bonjour,
    Dans un de vos cours de cosmologie, vous dites être athée.
    Est-ce un athéisme agnostique au sens où, n’ayant pas besoin de cette hypothèse, vous seriez « sans » dieu?
    Ou bien est-ce un athéisme positif, « anti » dieu, car vous auriez des raisons de penser que dieu n’existe pas?
    Merci !

  19. Bonjour,

    informaticien de métier et de formation, et physico-curieux, je vous ai découvert à travers vos vidéos Youtube du « Cours tout public ». Outre la qualité de l’information que vous apportez et la pédagogie de vos présentations, j’ai particulièrement apprécié la partie métaphysique si souvent négligée dans ce type d’enseignement (entrée en matière), et pourtant capitale lorsqu’on aborde de telles questions. Je salue également votre ouverture et votre humilité, qui invite à ne pas dénigrer d’autres théories ou modes de pensées, quand bien même on serait fondamentalement en désaccord avec.

    Au plaisir de continuer à suivre vos productions.

  20. Monsieur Aurelien Barrau.
    Je vous écris de l’extrême sud du Chili en face de l’étroit de Magellan, je suis chilien et j’ai appris le il y a 40 ans donc je vous en pris de pardonné l’orthographe et le vocabulaire. Ici en parle pas beaucoup le français, maintenant c’est l’anglais qui règne. Je profite parfois de parler avec les touriste dans les cafés pendant quelques minutes quand je peu.
    En vous écoutant dans RFI à travers un podcast, j’ai écouté une fascinante interview ou vous parlais des trous noirs et trou blancs et subitement je me suis demandé si la matière noire n’est ce que le produis de la matière de l’autre coté des trous noirs rejeté quelque part dans l’univers. Je ne sais pas si c’est une idée déjà formulé mais je vous écris de toute façon.
    Merci beaucoup.
    Carlos Narváez

  21. Bonjour Aurélien, j’admire votre capacité, qu’ont peu de vos confrères a vulgariser des concepts complexes, mais aussi votre verve, déstabilisante aux premiers abords, mais tellement plaisante ensuite…
    J’ai dévoré vos cours de cosmologie avec un immense appétit (aura t-on droit à ceux de 2ème année ?).
    Vous n’y faites pas mention d’une théorie actuelle (très spéculative il est vrai) qui tend à démontrer que la gravité serait une propriété émergente de la matière, et du même coup, exonérerait le modèle standard de la matière noire. Je veux bien entendu parler des travaux d’Erik Verlinde.
    J’aimerais énormément avoir votre avis sur cette piste… qui sait peut-être un futur article !

    Merci !

  22. Bonjour,
    j’apprécie beaucoup la clarté de vos cours et conférences et le souci rare de leur soucis épistémologique. N’ayant pas acces à votre mail, duite à votre cours sur la cosmologie, je me permets sde vous poser une question.
    L’interprétation réaliste de la mécanique quantique est périlleuse. Il me semble (mais je ne suis pas un spécialiste!) , cependant, que la théorie de l’onde pilote (De Brogglie, D.Bohm) permettait de réintroduire cette théorie dans un monde concret (c’est à dire faisant référence à des objets compréhensibles dans le monde commun). Pourquoi n’a t-elle jamais eu de suite?
    En tout cas encore bravo pour votre talent de vulgarisateur et votre clarté dans la rigueur.

  23. Je découvre grâce à vous et Etienne Klein une passion: la cosmologie, la philosophie des sciences, et je me mets doucement à la physique. Enseignante dans le 1er degré depuis 20 ans, et malade depuis 10 ans, je retrouve peu à peu goût à la vie à travers cette envie de connaître que vous nous insufflez. Merci pour tout, vraiment.

  24. bonjour Monsieur Barrau, je suis subjuguée par vos cours sur la cosmologie que je suis avec grand plaisir et avidité, je suis émerveillée de vos connaissances, je me saoule de vos paroles, je suis une partisane pour appréhender l’univers qu’il vaut voir au delà de ce qui peut être vue en laissant derrière nous cette pensée primaire et allez au delà de celle ci, alors je ne fus pas surprise quand j’ai vu que aviez aussi en plus de votre Doctorat en Physique, votre obtention d’un Doctorat en philosophie, car pour ma part je ne pense pas qu’il est possible si nous ne faisons pas rentré en nous cette magnifique réflexion qu’est la philosophie , comprendre cet univers donc permettez mi de vous dire quand je vous écoute je me met a penser a mon maître a pensée celui pour qui j’ai énormément d’admiration Georges Le Maître qui comme vous avez tant de respect de l’humanité et de tout ce qui est vis sur Terre, et cette humilité face a l’univers et j’aime votre savoir alors je vais essayer avec mes petits moyens intellectuels que sont les miens faire honneur a vos cours soit 11 et si vous donnez un sujet je vais même essayer de le faire et prendre mon courage a 2 mains vous l’envoyez et garder cet espoir que vous le lirez alors voila pourquoi je vous voue une belle admiration car vous tenez exactement ce discours , discours que toutes et tous devrions tenir vous êtes un SAGE, un GUIDE , L’ESPOIR , et un EXEMPLE pour tous, alors pourrions nous dire que vous auriez peut être mais avec un savoir scientifique en plus un de ses poètes AÈDES non CAPITAINE MON CAPITAINE alors c’est pour vous votre discours tel que moi je l’ai perçu
    On ne vit pas la vie parce qu’il en est ainsi soit il, on nous a offert ce privilège et cet honneur de la vivre en faisant partie de l’humanité, je me dois de toujours aimer avec toute la nuance de la palette des couleurs, le plus gentil, le moins nantis et le plus terrible en toute empathie et même parfois sans sympathie mais il est Être et c’est le respect pour la vie.
    alors je suis en plus émerveillée ma passion en plus de la cosmologie est la poésie et j’écris de la poésie libre donc on ne lit pas , on aime pas, on écrit pas de la poésie parce que c’est jolie, on aime et on lit et on écrit de la poésie parce que nous faisons partie de l’humanité , on ne peut être sans être car il faut être pour être donc au plaisir de vous suivre tel un rêve le même que George Le Maître des temps nouveau, je vous offre toutes mes sympathies et je vous fais une belle révérence en vous disant merci de nous offrir et de partager vos connaissances ma 1 er passion étant nos origines venant du pays de nos origines AURIGNAC et ses aurignaciens et on ne peut oublier ce cher Edouard Lartet grâce a qui nous parlons de cette préhistoire, voila petite parenthése voila tout cela pour vous dire que oui si tous les professeurs étaient comme vous les cours seraient passionnants merci merci merci encore

  25. Bonjour Monsieur BARRAU,

    Etant relativement étranger à ce versant de la science, c’est avec un immense plaisir que je me délecte de vos explications. Vous m’inspirez de la sympathie et c’est dans cet esprit que j’écris ce message.

    Vous ne savez rien, sauf ce qu’on vous a permis de savoir. Vous ne comprenez rien, sauf ce qu’on vous a permis de comprendre. Vous êtes dénué de toutes choses, sauf ce dont on vous a pourvu.

    Ne vous habituez pas aux propos élogieux, ils sont un poison pour votre âme. Cela entraîne toujours une dilatation de l’ego.

    On ne se réalise pas uniquement à travers la connaissance, on se réalise d’abord dans la manière dont on l’a approché et ensuite dans la manière dont on la vie, toujours avec humilité.

    Prenez soin de vous, et n’oubliez jamais ceci : ce que l’on vous a donné, on peut vous le reprendre. ..

    Je vous souhaite très sincèrement de vous réaliser de la meilleure des manières.

    Cordiales salutations

  26. Bonjour Mr Barrau,
    Je dois vous avouer que je ne vous connaissez pas il y a …. Quelques semaines ! C’est à travers vos conférences aux non initiés que j’ai eu le plaisir de vous écouter et de vous découvrir.
    Une question me trotte dans la tête sans que je puisse y répondre (je ne suis pas du tout scientifique) .
    Je me permet d’utiliser ce moyen pour vous demander s’il serait possible d’y répondre, à votre grès bien sûr ! 🙂
    Cela concerne la vitesse de la lumière. Je ne peux me faire à l’idée d’une vitesse fixe pour plusieurs raisons que je vous expose: déjà la vitesse est mesurée dans l’espace ( le vide) mais même dans ces conditions elle subit l’influence des corps céleste qui arrive à la dévier de sa ligne droite par une courbe.
    De ce fait j’imagine que c’est du en partie par la gravité des corps et la vitesse de la lumière que celle est déviée et non stoppée (du moins en partie) . Cette gravité je l’imagine attractive alors pourquoi n’ acelereait-elle pas la lumière dans sa phase d’approche et le contraire dans sa phase d’éloignement au point de modifier sa vitesse même d’une façon très très faible.
    Mon second argument est qu’un rayon de lumière émis n’est éternel il a aussi ses limites qui lorsqu’elles sont atteintes dégrade ses qualités et je vois mal le fait qu’elle puisse passer d’une course fulgurante à zéro sans décélération progressive.
    Vous serait il possible de m’éclairer ( 🙂 ) sur ces points ?
    Si besoin, je vous rassure sur le fait que quelqu’en soit la réponse mon quotidien à peut de chance de changer radicalement, c’est plutôt par curiosité ainsi qu’une petite soif de connaissance, et le besoin d’avoir une réponse à des questions qui me dépasse.
    J’apprécie particulièrement votre démarche de divulgation de sciences à la portée de beaucoup, et je pense que par ce biais vous sollicitez ainsi un attrait de la science et donc des vocations ! A ce titre grand Merci …
    Je vous remercie de l’attention que vous portez à mes souhaits.

    Cordialement, Jean-Claude Mollonguet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Et le centre était une mo­saïque d'éclats, une espèce de dur marteau cosmique, d'une lourdeur défigu­rée, et qui retombait sans cesse comme un front dans l'espace, mais avec un bruit comme distillé. Et l'enveloppement cotonneux du bruit avait l'instance obtuse et la pénétration d'un regard vivant. » Antonin Artaud