Archives pour l'étiquette Planck

Temps physique, temps des média

La diffusion vers le grand public des résultats de certaines expériences  de Physique est d’autant plus délicate que celles-ci portent sur des questions concernant les fondements des théories en vigueur ou impliquant des enjeux industriels de première importance.

On se souvient notamment de l’effervescence autour des supraconducteurs à « haute » température critique dans le milieu des années quatre-vingt où les média, pour annoncer des records présentés comme sensationnels, étaient plus prompts que les revues spécialisées dont le processus de publication est forcément moins rapide — cette (relative) lenteur étant le prix à payer afin d’apporter le sérieux critique indispensable. Vérification faite, certains des matériaux-miracles ayant fait la une des plus grands journaux se sont révélés instables et donc inutilisables pour les fins auxquelles ils étaient conçus. La même époque a connu la triste histoire de la mémoire de l’eau, qui n’a fait du bien à personne (même pas aux laboratoires fabriquant des remèdes homéopathiques) et aussi celle de la fusion froide dont on attend toujours les preuves malgré les montagnes de dollars subitement investis…

Plus récemment, cette fois à propos des neutrinos de l’expérience OPERA,  on a vu des gros titres annonçant qu’Einstein s’était trompé et que la Physique tout entière vacillait sur ses bases. La vérification minutieuse du protocole expérimental a pris des mois, débouchant finalement sur la conclusion qu’une erreur d’appareillage était responsable de l’apparente supraluminicité de ces particules fantomatiques. Einstein peut encore dormir en paix du sommeil du juste. A ce sujet, laissons de côté les énormités que permet l’ignorance la plus stupéfiante : il s’est même trouvé des « experts »  pour parler avec autorité du tunnel de 732 kilomètres de long que les neutrinos avaient emprunté pour aller de Genève à Gran Sasso !!!

Encore plus récemment (mars 2014), un battage médiatique a fait la part belle au sujet des ondes gravitationnelles primordiales, que l’équipe de BICEP2 proclamait avoir détectées. La nouvelle était d’importance puisqu’elle apportait de l’eau au moulin de la théorie  cosmologique d’Andreï Linde, poétiquement désignée sous le nom de mousse d’univers. On peut même trouver une vidéo de l’université de Stanford où, tel Moïse descendant du Sinaï, un étudiant se déplace au domicile d’A. Linde pour lui annoncer le résultat crucial, avant d’être convié à déboucher une bouteille (de Champagne made in California ?).

Las ! Les résultats de cette expérience viennent d’être publiés dans une revue à comité de lecture (« Detection of B-Mode Polarization at Degree Angular Scales by BICEP2 », Phys. Rev. Lett., 112, 241101 (2014)) ; leurs auteurs affichent une prudence de bon aloi que l’on peut attribuer autant à leur rigueur scientifique qu’à l’analyse très récente de l’équipe travaillant sur le projet PLANCK  tendant à montrer (arXiv:1409.5738) que les « anomalies » vues par BICEP2 pourraient bien être imputées à d’autres causes.

On pourrait multiplier les exemples des ratés de l’information grand public, dont des institutions pourtant respectables se font parfois les complices quand elles n’en sont pas les initiatrices. Pour ma part, je préfère renvoyer à la belle analyse que Richard Taillet expose dans son blog (http://www.scilogs.fr/signal-sur-bruit/communication-scientifique-et-diffusion-mediatique-le-temps-de-la-relaxation/ ). Si la multiplication des exemples ne change rien au fond, plus grave est le discrédit que de vraies fausses nouvelles colportées à la hâte peuvent jeter sur la communauté scientifique, redonnant hélas au passage un semblant de respectabilité aux théories hétérodoxes les plus farfelues ayant pourtant l’outrecuidance de se poser en malheureuses victimes de la science officielle.