Qui suis-je ?

Après un parcours scolaire initialement orienté vers les lettres (et une brève tentation vers la musique), je me suis dirigé vers la filière scientifique et ai intégré une école d’ingénieur avant de bifurquer vers le monde universitaire. Entré à l’université en octobre 68, alors Université Paris VI et aujourd’hui Université Pierre et Marie Curie (UPMC), j’y ai exercé pendant 45 ans, à l’exception d’un détachement à l’Institut Laue Langevin (Grenoble) et de séjours de plusieurs mois au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Mis à part des responsabilités administratives variées et souvent très prenantes, mon activité était partagée entre l’enseignement à tous les niveaux et la recherche dans des laboratoires, notamment au Groupe de Physique des Solides (GPS) crée par Pierre Aigrain et Philippe Nozières.

ClaudeRochersThéoricien, j’ai pu aborder des problèmes divers de Mécanique statistique et de Physique de la matière condensée (théorie quantique de la liaison chimique, excitons, mouvement brownien classique et quantique, dissipation quantique et brisure de symétrie, diffusion en milieu désordonné, etc.) : c’est le privilège des théoriciens que de pouvoir changer assez souvent de problématique sans devoir passer des mois voire des années pour concevoir une manip’ sophistiquée puis la monter. . . après avoir réussi, souvent à grand peine, à trouver le financement permettant d’acquérir des appareils en général très coûteux.

Mes dernières années d’activité institutionnelle ont été consacrées en grande partie à la rédaction d’ouvrages, ayant été sollicité par De Boeck pour, d’abord, développer et éditer mes cours de Mécanique quantique à l’ENS-Ulm et à l’UPMC et, plus récemment, des ouvrages de mathématiques issus des enseignements que j’avais eu la chance de pouvoir dispenser dans ces mêmes institutions.

Actuellement professeur émérite à l’UPMC, j’ai heureusement pu retrouver une activité d’enseignement, cette fois bénévole. D’une part avec les normaliens de l’ENS Cachan sous forme de séances de discussion totalement ouvertes où je m’efforce de répondre à leurs questions, d’autre part au Lycée Henri IV où m’ont été demandés des cycles de conférences sur la Mécanique quantique pour les professeurs des classes préparatoires, en relation avec les changements récents des programmes de CPGE. En outre, je participe chaque année à une école d’été à Orsay pour les étudiants issus de la Licence, y donnant une conférence et participant à un débat avec Etienne Klein sur un thème variable chaque année. Enfin, il m’arrive d’intervenir dans les bibliothèques municipales, comme l’an passé pendant le Mois de la Science organisé par le Conseil Général des Hauts de Seine, en dialogue avec Etienne Dhombres et à propos des Mathématiques.

Quoiqu’ayant pendant des décennies consacré beaucoup de temps à mon activité professionnelle, j’ai eu le constant souci d’en garder pour ma vie personnelle, qu’il s’agisse de ma famille ou d’activités qui n’apparaissent secondaires qu’à l’aune du temps qui y était dévolu – à la pratique de la musique par exemple. Voir et faire grandir ses enfants, leur tenir la main sur le chemin de tous les apprentissages et se réserver un peu de temps pour ouvrir des parenthèses afin de cultiver son propre jardin me paraissent constituer des éléments nécessaires à l’accomplissement de soi dans l’équilibre et tendre ainsi – au sens des Mathématiques ! – vers la vie dont le projet a été forgé en rêve.

5 réflexions sur “ Qui suis-je ? ”

  1. Bonjour M. Aslangul,

    j’étais étudiant à l’UPMC il y a de cela 2 ans mais je ne vous ai jamais eu en tant que professeur néanmoins j’ai entendu et j’entends encore que du bien de vous surtout de mon ami Mohammed El MEKKI qui vous salue (si vous vous souvenez de lui). Ce message pour vous encourager dans vos activités scientifiques, notamment ce qui à attrait à la transmission de la Science (tant on m’a vanté votre pédagogie).

    Bonne continuation,

    Ivens.

  2. Bonjour monsieur ASLANGUL.
    Peut être aurez vous l’obligeance de me répondre en quelques mots car bien qu’ayant lu de nombreux livres de vulgarisations je n’y trouve pas de réponses.
    C’est au sujet des trous noirs primordiaux, en partant du principe qu’ils existaient, bien sur, Mr Hawking pense que nous devrions en voir s’évaporer.
    Mais à leur origine , ces trous noirs devaient « baigner » dans un espace extrêmement dense, et donc, au contraire de s’évaporer (je crois avoir compris l’effet quantique qui explique cette évaporation) devaient agréger la matière/ énergie alentour et donc augmenter.
    Qu’en pensez vous?
    De plus, si ces trous noirs primordiaux ont grandis d’une façon rapide comme je le suppose, pourraient ils être aujourd’hui les énormes trous noirs qui trônent au centre des galaxies?
    Qu’en pensez vous?
    Merci au moins de m’avoir lu.

  3. Bonjour Monsieur,

    la meilleure façon de penser c’est aussi ne plus penser: c’est dans cet instant subtil que l’on reconnaît la Pensée.
    Nul besoin d’avoir fait beaucoup d’études académiques pour définir la véritable teneur de l’Univers qui passe avant tout par chacun et tous: en même temps; où le Cosmos devient innombrable à chaque instant qu’un enfant naît ou qu’un vieillard s’en va de ce Monde…

    Au revoir Monsieur,

  4. Bonjour Monsieur,
    Je viens de lire avec beaucoup d’intérêt votre intervention sur « la médecine quantique ». Je le confesse, je suis complètement incompétent dans votre discipline, mais après 40 ans de pratique de la médecine générale, je me permettrai deux commentaires:
    D’abord, votre référence à l’Académie de médecine me choque. En effet, cette « vénérable institution » n’a-t-elle pas mis des bâtons dans les roues à un certain J Pasteur qui voulait et a réussi à démontrer contre vents et marées l’existence des microbes contre cette notion très…académique (!) de « génération spontanée »? Alors, lorsque ces « notables » prennent position contre certaines pratiques  » médicales non académiques « , comme l’homéopathie part exemple, je me dis que je n’appartiens pas à la même famille…
    Ensuite, vos attaques contre l’homéopathie me font un peu penser à l’Inquisition contre Galilée!
    En effet, pendant les 20 premières années de ma carrière, je jugeais l’homéopathie avec condescendance: « médecine douce pour gens mous »!!! Jusqu’au jour où je me suis résolu à « m’abaisser » à tenter cette thérapeutique pour mon fils aîné, handicapé (je pèse le mot) par une pollinose, auquel rien ne faisait sauf la cortisone. Le succès a été spectaculaire et durable… J’ai par la suite daigné envoyer quelques patients pour des raisons diverses à ce même collègue homéopathe, et les gens s’en sont bien portés… Mon fils, aujourd’hui âgé de 47 ans, ingénieur agronome devenu agriculteur par goût, est très peu gêné par son allergie. Mon regard sur cette spécialité MEDICALE, que le veuillent ou non les gourous de l’Académie, a complètement changé… au point que j’ai fait la formation d’homéopathie. Malheureusement, c’est une discipline qui exige beaucoup de connaissances et d’expérience. À 45 ans, j’ai jugé qu’il était trop tard pour pratiquer dans tous les domaines de cette discipline et j’ai préféré ne la pratiquer que pour les cas aigus, laissant les « traitements de fond » à ceux qui me l’avaient enseignée. Trop d’échecs auraient pu donner de l’eau au moulin des détracteurs de l’homéopathie…
    Pour terminer cette réflexion, permettez moi de paraphraser Galilée : « et pourtant elle soigne », l’homéopathie !!!
    Malheureusement pour elle, on ne sait pas pourquoi…
    Très respectueusement

    Dr Gérard MEUNIER, ancien externe des hôpitaux de Paris, ancien médecin de l’EHPAD de l’hôpital de Flers

    Un petit détail qui ne plaira pas aux fabricants de vaccins anti grippe : dans l’EHPAD dont j’avais la responsabilité, à partir du moment où je lai eu appris, j’ai proposé à tout le monde, résidents et soignants, le protocole homéopathique . Au bout de 3 ou 4 ans, 100% des résidents et du personnel suivait ce protocole, et jamais nous n’avons observé de grippe dans l’EHPAD.
    (Influenzinum 9CH 1 dose par semaine pendant 4 semaines à partir du moment où la télé fait sa pub, puis 1 dose par mois jusqu’au début du printemps, conseil gratuit !)

  5. bjr
    bravo pour vos livres que je trouve extraordinaires , ou le chemin tortueux qui méne de l’idée vers son application ainsi que ces ramifications theoriques historiques et aussi philosophiques ( ce qui est rare a l’aire du numérique) est accentué sans pour autant négliger la « rigeur » mathematique .
    j’aurais aimé savoir si la 2 eme édition du livre des mathematiques pour science a quand (si elle aura lieux) ,c’est encore un beau livre indispensable pour qui veut voir les maths sur pieds au chantier des theories physiques
    ça serait aimable de votre part d’écrire un livre sur la relativité ,on en trouve une foule mais rarement « penser » surtout quand des notions abstraites se mélent rendant le sujets loin de la porté ….
    a tres bien tot et merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *