“Rencontres de Moriond”, session cosmologie 2014

Les conférences internationales sont l’occasion pour les chercheurs de présenter leurs travaux, de nouer de nouveaux contacts … ou de retrouver d’anciens copains !
Les rencontres de Moriond sont entrées dans la tradition, avec plusieurs sessions chaque année (physique des particules surtout mais aussi cosmologie et gravitation, en alternance une année sur deux).

Si, si on travaille !

Il faut l’avouer, il y a un petit côté vacances : une belle station en Italie, les pistes presque pour nous tout seuls durant la “session ski” du début d’après-midi, les parties de billard le soir …

Moriond_montagnes

Mais il y a aussi sept heures d’exposé par jour – dont le sien à un moment donné pour la plupart des participants, et on discute bien souvent physique, même si c’est au bar. Beaucoup de jeunes car traditionnellement doctorants et post-doctorants présentent leurs résultats à Moriond, souvent c’est même leur première conférence internationale. Et les moins jeunes – moi par exemple … se souviennent de leur “premier Moriond”, quand ils étaient encore étudiants.
Ce post n’est toutefois pas pour vous raconter que j’ai papoté avec plaisir avec mon ancien directeur de thèse, ou que j’ai significativement progressé au billard américain (je partais de bas, donc c’était facile).

La cosmologie “vivante”

Ce post est pour partager le sentiment de vivre un moment vraiment intense en cosmologie. Il faut dire que BICEP2 avait annoncé ses résultats juste une semaine avant le début de la conférence. L’un des responsables de l’analyse de cette collaboration a été invité “en urgence” et les organisateurs ont un peu chamboulé le programme pour rajouter cet exposé. Nous étions ravis, bien que nous n’ayons en fait presque rien appris de plus que ce qui est dans les articles – normal puisqu’une présentation au nom de la collaboration ne peut pas dire tellement plus que ce qui est publié. Mais quand même ! Une chose est claire : les US avaient décidé de détecter les modes B et ils ont mis en place une “agressive strategy” pour reprendre les termes belliqueux de l’orateur. C’est une bonne leçon pour nous. Quand une manip européenne est en cours de finalisation du budget après déjà pas mal d’années de mise en oeuvre, plusieurs manips américaines au Pôle sud, dans le désert d’Atacama, embarquée en ballon stratosphérique ont pris des données et fournissent des résultats.  Savoir dire oui ou non, et si on dit oui mettre les moyens financiers et humains pour que ça aboutisse, nos collègues outre-Atlantique font ça très bien.
Mais toute la communauté profite de l’enthousiasme suscité. Encore mieux : tout le monde attend les résultats de Planck pour confirmer/affiner !

Ça bouillonne

L’ébullition des idées et des résultats est bien présente. Rayonnement fossile, supernovae, amas de galaxies, grandes structures. Détection directe de matière noire, modification de la gravité pour rendre compte de la constante cosmologique.  Explications des anomalies à grande échelle par des neutrinos massifs ou par l’impact de l’environnement astrophysique “local”. Ceux qui ont l’impression que tous les chercheurs pensent pareils et cherchent dans la même direction sans jamais mettre en doute le modèle cosmologique “standard” peuvent jeter un œil sur le programme de n’importe quelle conférence et ils constateront que c’est bien loin d’être le cas !!! Heureusement d’ailleurs.

Pour tout savoir sur les Rencontres de Moriond : http://moriond.in2p3.fr/J14/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *