Archives pour la catégorie Livres

Cameroun et Tchad : « Des mondes oubliés » carnets de Christian Seignobos

Un Collègue de l’IRD vient de sortir début 2017 un ouvrage assez magique « Des Mondes oubliés. Carnets d’Afrique » en coédition avec Parenthèses et mon Institut.

Christian Seignobos, géographe de terrain et directeur de recherche émérite à l’IRD, pris sur le vif. © MSH-M.TV
Première de couverture de l’ouvrage de 2017 de Christian Seignobos.

Continuer la lecture

Lunel et Posquières en Languedoc : la Kabbale, le climat et Moshe Idel

Loin de moi, l’idée d’écrire sur le judaïsme ou les religions – car j’en suis bien sûr incapable – mais des réflexions en partie régionales et climatologiques grâce à l’actualité : l’édition fin 2016 chez Adelphi de l’ouvrage de Moshe Idel « Il male primordiale nella Qabbalah » (traduit en italien de l’hébreu par Fabrizio Lelli).

Première de couverture du dernier ouvrage de 2016 de Moshe Idel publié en italien chez Adelphi.
Première de couverture du dernier ouvrage de 2016 de Moshe Idel publié en italien chez Adelphi.
Moshe Idel, historien et philosophe israélien de l’Université Hébraïque de Jérusalem, à sa table de travail. ©Shalom Hartman Institute.

Continuer la lecture

Tchernobyl : La supplication de Svetlana Alexievitch Prix Nobel

Le Prix Nobel 2015 de littérature vient d’être attribué à l’écrivain et femme biélorusse Svetlana Alexievitch qui nous a offert « une œuvre forte et cohérente, cheminant à la lisière du documentaire », selon les mots du journal Le Monde – qui doit reprendre ceux du comité qui l’ont distinguée.
Svetlana Alexievitch est l’auteur de peu d’ouvrages mais très forts et entre autres de « La Supplication. Tchernobyl, chronique du monde après l’Apocalypse ». Un texte difficile à supporter, un récit à mille voix,  au sujet des conséquences physiques et mentales de la catastrophe du 26 avril 1896 sur les techniciens,  les « liquidateurs » et leurs proches de Tchernobyl (République d’Ukraine, alors en URSS).  Les dommages de la catastrophe de Tchernobyl sont particulièrement graves en Biélorussie (un pays qui n’avait pas, ironie de l’Histoire, de centrale nucléaire), surtout dans sa partie orientale, celle de Gomel, où vécut et travailla l’auteur en tant que journaliste débutante. Ils touchent, dans une moindre mesure, l’Ukraine (région de Kiev), la Russie puis le reste de l’Europe.  Toutefois, le livre est essentiellement la chronique « des sentiments face de l’inconnu » bien que les dégâts en Biélorussie soient, selon Svetlana Alexievitch en terme d’abandon de villages, hameaux et maisons, seulement comparables aux destructions massives de la Seconde guerre mondiale. Et Dieu sait si cette dernière fut cruelle dans ces mornes plaines ! Continuer la lecture

Monde : Dossier Climat/COP21 de « Pour la Science »/Forum du CNRS

Une partie du Dossier Climat du magazine « Pour la Science »,  dans le cadre d’un partenariat avec le Forum du CNRS 2015, se présente en libre accès sous une forme numérique. Ce Dossier n°89 sera en vente, dans son intégralité, à partir du 7 octobre et jusqu’en décembre afin de coller à l’actualité de la COP21 soit la 21ème Conference of the Parties de Paris (Parties est à comprendre, en français, comme Etats signataires en 1997 du Protocole de Kyoto pour la réduction de l’émission des gaz à effets de serre ).

Deux exemplaires de la limousine 100% électrique de marque Tesla. Mostra Verte de Perpignan, 18-19 septembre 2015, ici photographiées dans le Conservatoire du littoral de Saint-Cyprien. Cliché : A. Gioda, IRD.
Deux exemplaires de la limousine 100% électrique Tesla (dont un taxi de ville) dans le Conservatoire du littoral de Canet-Saint Nazaire (Pyrénées-Orientales). Mostra Verte, Perpignan, 18-19 septembre 2015. Cliché : A. Gioda, IRD.

Continuer la lecture

Monde : « VertigO » numéro spécial transition énergétique

Un livre scientifique, oui tout à fait, mais il se présente sous un support seulement numérique. La revue académique de l’UQAM qui offre l’actualité scientifique des sciences de l’environnement VertigO,  publiée à Montréal (Université  du Québec, Canada), avait décidé en 2014 de dédier un numéro spécial à la transition énergétique (volume 14, n°3).
Après une introduction non signée mais attribuable à Eric Duchemin, une brochette d’une bonne quinzaine d’articles faisant le tour du monde de la question est progressivement mise en ligne et en accès libre depuis le 9 février dans le dernier numéro portant la date de 2014. Je vous invite à vous y pencher dessus.
Mon dernier travail au sujet de la transition énergétique précédée de l’écologique, revu par les pairs comme les autres contributions, traite toujours d’El Hierro aux Canaries. Début février, il vient d’être mis en ligne.

Concord : Walden et autres écrits de H. D. Thoreau

En écologie appliquée, deux grandes écoles m’étaient connues : celle de la préservation de la Nature issue des écrits et des actions de John Muir (1838-1914), le créateur du Yosemite, le premier Parc National aux USA, et du Sierra Club ; et celle de la conservation — qui passerait de nos jours pour le développement durable– prônée par Giffort Pinchot (1865-1846) aux USA également.
John Muir se réfère souvent à son aîné Henry David Thoreau (né et décédé à Concord, Massachusetts, Etats-Unis, 1817-1862) car il connut bien son ami fidèle depuis Harvard et diffuseur de ses idées Raph Waldo Emerson (1803-1882). Ce dernier eut une vie terrestre bien plus longue que Thoreau. Toutefois pour moi, tout cela n’était que des généralités car je dois confesser n’avoir lu, jusque il y a peu, aucun de ces textes fondateurs de l’écologie, hors ceux de Humboldt, sans doute par paresse. Un séjour récent en Italie m’a fait rencontrer dans une ancienne et petite bibliothèque familiale, une bonne part des écrits de Thoreau. Il s’agissait d’une version originale au sens d’américaine qui regroupait les grands textes de l’auteur auxquels s’ajoutaient des extraits d’écrits moins connus, tels son Journal et les récits de promenades naturalistes. Le livre de poche de Bantham Classic était dans son édition de 1962 et cette dernière avait été préparée et introduite par Joseph Wood Krutch lui-même écrivain, essayiste et naturaliste reconnu.
Thoreau Walden Continuer la lecture

Paris et Angers : Niki de Saint-Phalle et son arbre-fontaine

Je sais ce n’est point un livre mais c’est d’art dont je voudrais vous parler ce jour.
L’actualité c’est l’exposition de Niki de Saint-Phalle (1930-2002) au Grand Palais de Paris jusqu’au 2 février 2015. En parallèle et pour les provinciaux, Arte a donné à voir le 19 novembre un film sur l’artiste Niki de Saint-Phalle : « Qui est le monstre … toi ou moi ? »  qu’il sera possible de revoir sur Arte+7. C’est un documentaire de 1995 tourné avec la collaboration de l’artiste ce qui en fait tout sa valeur.
La même année que je publiais « L’arbre fontaine » d’El Hierro aux Canaries dans le mensuel La Recherche soit 1992, l’artiste créait une grande sculpture en polyester destinée au plein air. Appelée aussi « L’arbre fontaine » ou encore « Serpents arbre fontaine » ou « arbre-serpents », je ne l’ai jamais vue et appréciée en vrai.
A l’inverse j’avais vu en eau sur une placette,  au pied de de Beaubourg à Paris,  sa « Fontaine Stravinsky » qui l’avait précédée. Maintenant « L’arbre fontaine » est installé au centre d’une belle cour carrée du musée des Beaux-Arts d’Angers mais hélas il n’est pas fonctionnel. La photographie mise en avant pourrait être tirée d’une série d’illustrations mises en ligne sur le blog de Patricia Tutoy.
A ses débuts, Niki de Saint-Phalle réglait ses comptes avec la famille et la société par des coups y compris de feu sur des personnages fictifs, tel sur un champ de tir ou comme au painting ball avant que ce soit la mode. Ensuite, elle changea sa perspective,  à la fin de sa longue vie d’artiste , vers une approche plus apaisée de son art. Très inspirée alors par le catalan Gaudi et son parc Güell à Barcelone tout comme par les sculptures de son compagnon Jean Tinguely,  Niki de Saint-Phalle s’occupa de jardins, de nature et de sculptures en plein air.

 

 

Auschwitz et le brouillard : « Si c’est un homme  » de Primo Levi

Il y a un temps pour lire et un autre pour réfléchir avant d’agir.
Un livret fort que « Si c’est un homme » de Primo Levi, presque un reportage car « aucun des faits rapportés n’est inventé », selon ses mots. Tout est dans le mot « presque » car il brûle, ce livret tel le feu sous la cendre. Durant l’hiver 1946-1947, l’auteur raconte et analyse la captivité et les travaux forcés d’un certain Primo Levi, un partisan juif italien envoyé en février 1944, textuellement comme un objet, à Auschwitz, le plus célèbre car le plus sinistrement efficace des grands camps polonais d’extermination de la Seconde guerre mondiale. Primo Levi en ressortira vivant, grâce à sa débrouillardise et son intelligence, en janvier 1945. Néanmoins, la chance avait été aussi de son côté, dès le premier jour, quand il y avait été évalué sommairement (en quelques secondes) jeune et utile. Primo Levi admit aussi avoir survécu parce que sa déportation advint lors du crépuscule de l’Etat nazi, déjà délabré en 1944. Egalement il survécut parce que la libération de son camp par l’Armée rouge se fit assez vite le 27 janvier 1945 et que, malade, il ne put être évacué après le 17 de ce mois, évitant ainsi de participer dans la neige à « la marche vers  la mort » d’Auschwitz vers Loslau de près de 70 000 déportés, poussés par les SS fuyant eux-même les Russes. Continuer la lecture

Sibérie : l’amitié entre « Dersou Ouzala » et l’auteur Arseniev

Je pensais écrire au sujet du film de Kurosawa de 1975 et du livre source « Dersou Ouzala » de Vladimir Arseniev, publié en 1921 ou 1923 à Vladivostok. Toutefois une personne l’a fait bien mieux que j’aurais pu. Aussi je vous renvoie à son article sur la blogosphère et vous communique son nom avec plaisir Elizabeth Legros-Chapuis.

http://2009sediments.wordpress.com/2011/11/09/je-me-souviens-de-dersou-ouzala/

Dans la vraie vie, les deux amis, le guide et chasseur sibérien illettré Dersou Ouzala et le cartographe et officier russe de l’Extrême-Orient Vladimir Arseniev, disparurent de triste façon. Dans cet immense territoire asiatique, couvert par la  taïga, qu’ils aimaient le plus au monde, le premier fut assassiné en 1908 par un voleur et le second mourut en 1930, juste avant son arrestation. Cette dernière aurait vraisemblablement précédé son exécution par ceux-là mêmes qu’il avait servis, en tant que Commissaire des minorités ethniques, durant l’éphémère République de l’Extrême -Orient. Continuer la lecture

Mon expertise dans le Débat National sur la Transition Energétique

Une partie de ce travail est sur le site du MEDDE (Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie), dédié à la transition énergétique, mais une autre a été publiée essentiellement sur Mediapart*. Aussi ai-je souhaité regrouper ici ces textes correspondant à la durée de mon expertise (janvier-juillet 2013), sachant que la transition énergétique est l’un des grands chantiers du gouvernement :
– deux textes sur les outre-mer français et espagnol;
– deux textes sur la situation dans le Languedoc-Roussillon, au niveau régional, dont un exemple personnel rendu possible grâce à une importante entreprise locale qui s’est impliquée dans cette transition alors qu’a priori elle en est fort éloignée;
– un texte collectif du groupe des experts nationaux sur la gouvernance énergétique qui défend un rôle accru des collectivités territoriales et un rééquilibrage de leurs rapports avec les opérateurs de l’énergie, sur le modèle des régies municipales de l’eau.

Un documentaire « Les maîtres de l’eau«  a été tourné par Jean-Paul Llamazares (Gédéon Programmes), pendant cette période, et je suis persuadé qu’il donne plus de couleurs à ce travail technique, en fixant sur la pellicule les avancées effectuées sur l’île d’El Hierro (Canaries) dans l’outre-mer espagnol.

Les textes des experts n’engagent pas le MEDDE. Je remercie l’économiste Alain Grandjean de m’avoir proposé  d’être associé à cette expertise nationale.
————–
(*) Mediapart présente le double avantage d’être un site participatif et de mettre en accès libre sa partie « club » où j’ai déposée des contributions depuis 2010, soit en tant qu’invité soit en tant que blogueur.