El Hierro : la restitution du Club Jeunes IRD – Lycée Jean Monnet – ENSAM

En ce début d’année 2017, j’adresse tous mes vœux de réussite scolaire ou universitaire aux jeunes qui ont bien voulu me suivre sur l’île d’El Hierro en avril et mai de l’an dernier. Ce sont Johan, Lisa, Adrien, Pauline, Sorcha, Maïa, Lélany et Cécilia (maintenant élèves de Première du Lycée Jean Monnet de Montpellier), Emma et Dounia (de nos jours, étudiantes à l’Université de Marseille et à Polytech Montpellier) et Akim (étudiant de 2e année à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier ou ENSAM et ancien élève de Jean Monnet).
Grâce à eux et leurs professeures Dominique Chirpaz et Christine Genuist accompagnées par ma Collègue Muriel Tapiau, j’ai pu rassembler tous les éléments de la restitution ou bilan du voyage des élèves du Lycée Jean Monnet, regroupés dans le Club Jeunes IRD, soit une équipe de onze jeunes. Leurs travaux ont été présentés, oralement et en public le 18 novembre 2016,  dans la géode du Lycée Jean Monnet. Dans l’ordre, ce sont les suivants :
– d’abord, un diaporama de synthèse au sujet de la mission de terrain sur l’île d’El Hierro aux Canaries ;
– puis, une facette de leur travail sur les arbres fontaines dont les plus connus au monde sont sur cette petite terre ;
– de la science participative pour Tela Botanica, le portail de la botanique francophone ;
– enfin, une galerie autour de l’architecture et de ses relations avec l’environnement.
Toutefois, il ne faudrait pas oublier le journal de bord de l’expédition présenté, de façon réaliste, à partir du site de l’IRD Occitanie.

Le groupe des élèves du Club Jeunes IRD et des encadrants sur les laves de Tacoron en mai 2016. El Hierro, Canaries. ©D. Chirpaz, Lycée Jean Monnet de Montpellier.
Quasiment au complet, le groupe des élèves du Club Jeunes IRD et des encadrants sur les laves de Tacoron en mai 2016. El Hierro, Canaries. ©D. Chirpaz, Lycée Jean Monnet de Montpellier.

Toutes les actions n’auraient pas été possibles sans notre accueil gracieux, dans le gîte rural Aula de la Naturaleza , par l’administration soit le Cabildo Insular de El Hierro. Enfin, des aléas météorologiques ont perturbé et retardé notre retour. Plus précisément, le cisaillement du vent, au-dessus de l’aéroport d’El Hierro, a provoqué le 4 mai la dangereuse, par sa forte turbulence, instabilité de Kelvin-Helmholtz et donc il a empêché tout mouvement des avions après 16 heures. Cette prolongation non prévue de notre permanence sur l’île fut l’occasion d’apprécier la générosité de la société locale de location Autos Bamir et la collaboration de l’équipe de l’hôtel Parador de El Hierro et de la compagnie aérienne des Canaries Binter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *