Archives pour l'étiquette Thomas Pesquet

La Station spatiale survole une cabotte

Vendredi 7 avril en soirée l’ISS a traversé le ciel plein NORD, un spectacle immortalisé en Bourgogne avec une cabotte dans les vignes comme premier plan.

Le spectacle est toujours aussi impressionnant : à l’heure annoncée (par des sites spécialisés comme Heavens-Above), le petit point brillant de la Station spatiale internationale fait son apparition sur l’horizon OUEST puis s’élève lentement dans le ciel qu’il traverse en grande partie avant de disparaître dans le cône d’ombre terrestre. C’est donc avec une certaine émotion que l’on assiste à chacun des passages de l’ISS, surtout depuis le mois de novembre qu’elle accueille Thomas Pesquet, le dixième spationaute français.

Notre petit Frenchy a en effet quitté la Terre pour passer au moins six mois comme commandant de bord des expéditions 50 et 51. Il est chargé d’une soixantaine d’expériences (physiologie humaine, physique, biologie, nouvelles technologies…)  dans le cadre de la mission Proxima. Continuer la lecture

L’ISS survole le château de la Tour au crépuscule

Le 14 février en début de soirée la Station spatiale internationale survolait le château de la Tour avec à son bord le spationaute Thomas Pesquet.

Vous le savez tous maintenant : depuis le 17 novembre Thomas Pesquet est devenu le dixième spationaute français. Il a en effet quitté Baïkonour pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) dans laquelle il passe six mois comme commandant de bord des expéditions 50 et 51. Il y est chargé d’une soixantaine d’expériences (physiologie humaine, physique, biologie, nouvelles technologies…)  dans le cadre de la mission Proxima.

Chaque survol de la France par l’ISS est donc particulièrement suivi et celui du 14 février, jour de la Saint-Valentin, n’a pas dérogé à la règle.

Une fois encore c’est le site Heavens-Above qui m’a fourni les détails de ce survol et c’est au pied du château de la Tour, pas très loin du château du Clos de Vougeot en Bourgogne, que ce cliché a été obtenu. Il s’agit de l’addition (à l’aide du logiciel StarMax) d’un peu moins de 200 poses de 20 sec chacune réalisées à 800 iso avec une focale de 35 mm. On remarque que la Station suivait une trajectoire allant du NORD-OUEST au SUD-EST.

Comme le passage a eu lieu à 19 h 05 heure locale, le ciel était encore assez clair, ce qui n’a pas empêché les étoiles d’imprimer leur trace lumineuse en raison de leur déplacement apparent (c’est en réalité la Terre qui tourne) pendant tout le temps consacré aux prises de vues, soit près d’une heure (vous aurez peut-être reconnu la célèbre constellation d’Orion légèrement à gauche au-dessus du château et plus à l’EST la brillante Sirius).

Ce passage rappelle celui du 4 décembre où l’ISS  était passée non loin d’une jeune Lune âgée de 5 jours (pas encore trop brillante pour voiler complètement la Voie lactée) encadrée par deux planètes, Mars et Vénus (voir la vidéo du transit ci-dessous). Cette fois-ci la Lune était absente (elle se lève de plus en plus tard, 3 jours après la Pleine lune des neiges) mais Mars et Vénus sont toujours là (dans le coin droit de l’image).

Un nouveau trou coronal déclenche des aurores polaires

Un trou coronal à la surface du Soleil a libéré une bouffée de particules à l’origine d’une nouvelle série d’aurores polaires.

Les astrophysiciens savent que la surface du Soleil est parcourue par des champs magnétiques. La plupart sont des champs fermés qui sortent de la surface de notre étoile et y rentrent un peu plus loin,  formant ainsi une boucle. Mais sans que l’on ne sache encore vraiment pourquoi, certaines lignes du champ magnétique ne se referment pas et laissent place à un trou coronal qui libère des gaz chauds.

aurore

Ce vent solaire s’échappe alors à des vitesses de 600 ou 700 km/sec, trois fois plus vite qu’en temps normal. Si le trou coronal fait face à la Terre, cette dernière subit alors les assauts d’une tempête géomagnétique qui déclenche des aurores polaires. Continuer la lecture

Retour en images sur le transit de l’ISS du 4 décembre 2016

Le 4 décembre la Station spatiale internationale (ISS) traversait le ciel au-dessus de Mars, la Lune et Vénus. Retour sur ce magnifique transit. 

Grâce à des sites comme Heavens-Above il est désormais possible de suivre les passages de la Station spatiale internationale (ISS) au-dessus de la France, une activité qui connaît un réel engouement depuis le 17 novembre, date à laquelle le dixième spationaute français Thomas Pesquet s’est envolé pour rejoindre ce complexe orbital international.

Il y séjournera pendant six mois (comme commandant de bord des expéditions 50 et 51) pour y réaliser une soixantaine d’expériences (physiologie humaine, physique, biologie, nouvelles technologies…)  dans le cadre de la mission Proxima. Continuer la lecture

Une soirée pour contempler Mars, la Lune, Vénus et l’ISS

Rendez-vous à ne pas manquer le dimanche soir 4 décembre : la Station spatiale internationale (ISS) traversait le ciel au-dessus de Mars, la Lune et Vénus. 

Parfois les astres semblent se donner rendez-vous pour notre plus grand plaisir. C’était le cas ce soir : on pouvait admirer d’OUEST en EST la brillante Vénus (dont la magnitude est actuellement de -4,2) ainsi qu’un gros croissant de Lune âgé de 5 jours avec à ses côtés la Planète rouge. Ce spectacle était déjà superbe à lui tout seul mais il a été rehaussé par un passage de la Station spatiale internationale vers 18h15.

iss_lune_venus2

L’ISS a poursuivi sa course en traversant le carré de Pégase pour sembler s’éteindre du côté de l’amas d’étoiles des Pléiades (une extinction produite par l’entrée de la Station dans le cône d’ombre de la Terre). Continuer la lecture

Suivez les passages de Thomas Pesquet à bord de l’ISS

La météo clémente devrait vous permettre d’admirer plusieurs passages de la Station spatiale internationale ce week-end avec à son bord Thomas Pesquet.

Depuis le 17 novembre Thomas Pesquet est le dixième spationaute français. Il a en effet quitté Baïkonour pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS) dans laquelle il va passer six mois comme commandant de bord des expéditions 50 et 51. Il sera également chargé d’une soixantaine d’expériences (physiologie humaine, physique, biologie, nouvelles technologies…)  dans le cadre de la mission Proxima.

iss

La Station spatiale internationale (International Space Station ou ISS) est une structure artificielle qui mesure 110 mètres de long pour 74 de large. Continuer la lecture

En vidéo : la Super Lune se lève sur Baïkonour

Depuis le cosmodrome de Baïkonour, le spationaute Thomas Pesquet et ses collègues ont vu se lever la Super Lune derrière la fusée Soyouz.

Créé en 1956 au milieu des steppes arides du Kazakhstan, le cosmodrome de Baïkonour est le centre de lancement spatial le plus actif de la planète avec en moyenne une quinzaine de tirs de fusées chaque année. C’est de là que s’est envolé le 12 avril 1961 celui qui allait devenir le premier homme à avoir effectué un vol dans l’espace, Youri Gagarine.

En attendant que le nouveau cosmodrome de Vostotchny en Sibérie soit entièrement terminé (il redonnera alors à la Russie son indépendance vis-à-vis du Kazakhstan), Baïkonour est toujours le passage obligé de tous les astronautes qui s’élancent vers l’espace.

Ce sera le cas de Thomas Pesquet le 17 novembre. Le spationaute français partira pour une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en compagnie de l’astronaute de la NASA Peggy Whitson et du cosmonaute russe Oleg Novitskiy. Continuer la lecture

En vidéo : Thomas Pesquet, le grand départ

Le 17 novembre si tout va bien, le spationaute Thomas Pesquet s’envolera pour une mission de six mois à bord de la Station spatiale internationale. 

Comme la plupart des astronautes, Thomas Pesquet est un personnage aux multiples talents : cet ingénieur aéronautique de 38 ans, pilote de ligne, est aussi un sportif accompli, parle six langues (dont le russe et le chinois) et joue du saxophone à ses moments perdus.

astronautes

Dans quelques jours, à la mi-novembre, il s’installera au sommet d’une fusée Soyouz pour rejoindre l’ISS en compagnie de l’astronaute de la NASA Peggy Whitson et du cosmonaute russe Oleg Novitskiy (image ci-dessus). Sélectionné en 2009 parmi plus de 8.000 candidats pour devenir astronaute de l’ESA, Thomas Pesquet s’est longuement préparé à cette mission, comme nous le rappelle cette vidéo du CNES.

La Station spatiale internationale (ISS) est un gigantesque assemblage de 400 tonnes grand comme un terrain de football qui accueille depuis 1998 des équipages internationaux en orbite à un peu plus de 350 kilomètres de la surface terrestre. Continuer la lecture

Le lever de la Pleine Lune de l’esturgeon vu depuis l’ISS

Si vous n’avez pas pu photographier le lever de la Pleine Lune de l’esturgeon le 18 août, le commandant de bord de l’ISS l’a fait pour vous.

La Station spatiale internationale (International Space Station ou ISS) est une structure artificielle qui mesure 110 mètres de long pour 74 de large. Elle fait un tour de la Terre environ toutes les 90 minutes à 400 kilomètres d’altitude. Près de 2.500 mètres carrés de panneaux solaires fournissent l’électricité de la Station et réfléchissent la lumière solaire, ce qui permet de suivre les passages de l’ISS dans le ciel nocturne.

pleine_lune_iss

L’Expédition 48 actuellement en cours est composée de 6 astronautes : le commandant américain Jeff Williams et ses collègues russes Oleg Skripochka et Alexey Ovchinin ont été rejoints le 9 juillet par Anatoly Ivanishin (Russie), Kate Rubins (USA) et Takuya Onishi (Japon) qui avaient quitté la Terre deux jours plus tôt à bord d’un vaisseau Soyouz MS-01 (l’astronaute français Thomas Pesquet de l’Agence Spatiale Européenne s’était entraîné comme doublure de l’équipage de l’Expédition 48 avant son départ pour l’ISS au mois de décembre dans le cadre de la mission Proxima). Continuer la lecture

17 février : admirez l’ISS au-dessus de la France en soirée

Ce mercredi 17 février vers 18h45 la Station spatiale internationale (ISS) survolera la France, un spectacle à ne pas manquer si la météo est clémente.

Grande comme un terrain de football américain, la Station spatiale internationale (International Space Station ou ISS) est une structure artificielle qui passe régulièrement au-dessus de nos têtes à 400 km d’altitude.

iss

L’ISS met environ 90 minutes pour faire le tour de la Terre à la vitesse vertigineuse de 28.000 km/h. Près de 2.500 mètres² de panneaux solaires fournissent l’électricité de la Station et réfléchissent la lumière de notre étoile, ce qui permet de suivre les passages de l’ISS dans le ciel nocturne.

En vidéo : une partie de ping-pong hydrophobe à bord de l’Iss

Actuellement 6 astronautes séjournent à bord de la Station : Scott Kelly (le commandant américain qui réalise une expérience amusante de ping-pong hydrophobe dans la vidéo ci-dessus), Sergey Volkov et Mikhail Kornienko (russes) ont été rejoints depuis le milieu du mois de décembre par Timothy Kopra (américain), Timothy Peake (britannique) et Yuri Malenchenko (russe). Le français Thomas Pesquet rejoindra l’ISS à la fin de cette année pour un séjour d’au moins 6 mois dans le cadre de la mission Proxima. Continuer la lecture

6 février : l’ISS traverse le ciel au crépuscule

Samedi 6 février la Station spatiale internationale (ISS) a survolé la France en début de soirée, un spectacle qu’il ne fallait pas manquer. 

La Station spatiale internationale (International Space Station ou ISS) est une structure artificielle qui mesure 110 mètres de long pour 74 de large et pèse près de 400 tonnes.

À 400 km d’altitude il lui faut 90 minutes environ pour faire le tour de la Terre à la vitesse vertigineuse de 28.000 km/h. Près de 2.500 mètres² de panneaux solaires fournissent l’électricité de la Station et réfléchissent la lumière de notre étoile, ce qui permet de suivre les passages de l’ISS dans le ciel nocturne.

En vidéo : une partie de ping-pong hydrophobe à bord de l’Iss

La Station accueille actuellement 6 astronautes : Scott Kelly (commandant américain), Sergey Volkov et Mikhail Kornienko (russes) ont été rejoints depuis le milieu du mois de décembre par Timothy Kopra (américain), Timothy Peake (britannique) et Yuri Malenchenko (russe). Quant au français Thomas Pesquet, il partira pour l’ISS à la fin de cette année.

iss4

Comme pour connaître les instants des flashs Iridium, le site Heavens-Above est incontournable si vous avez envie de voir passer la Station spatiale. À la différence des transits devant le Soleil ou la Lune, ces passages ne nécessitent aucun instrument pour être observés.

iss

Continuer la lecture