Archives pour l'étiquette étoile

Un morceau de ciel vieux de 3.600 ans sur le disque de Nebra

Le disque de Nebra, une découverte archéoastronomique majeure, nous montre un morceau de la voûte céleste représenté il y a 3.600 ans.  

C’est un disque de bronze d’environ 30 cm de diamètre qui pèse près de 2 kg. Découvert en 1999 à proximité de la ville allemande de Nebra par des pilleurs de trésors, il a été saisi lorsque ces derniers ont cherché à le vendre et se trouve depuis 2002 au Musée régional de la Préhistoire de Halle.

nebra1

D’après l’analyse microscopique de la patine du disque et l’ étude isotopique du plomb radioactif qu’il contient on peut dater approximativement sa réalisation vers l’an 1.600 av. J.-C. ce qui en ferait l’une des plus vieilles représentations de la voûte céleste. Continuer la lecture

En vidéo : la réfraction atmosphérique fait son show

Le photographe Babak Tafreshi a filmé le coucher des étoiles, mettant en évidence la déviation de la lumière provoquée par la réfraction atmosphérique.

Lorsqu’ils sont proches de l’horizon, les rayons lumineux qui traversent l’atmosphère terrestre voient leur trajectoire modifiée en raison de la réfraction atmosphérique.

Nous avons déjà tous observé un des effets de la réfraction atmosphérique avec les disques de la Lune et du Soleil légèrement aplatis ou fortement déformés au moment du lever et du coucher de ces astres. Mais ce phénomène optique, qui trouve son origine dans les variations de densité entre les différentes couches d’air, s’observe aussi sur des sources lumineuses moins brillantes comme les étoiles.

La réfraction atmosphérique étant beaucoup plus importante à l’horizon qu’au zénith, les astronomes choisissent toujours d’observer les astres lorsqu’ils sont au plus haut dans le ciel. Babak Tafreshi a fait le contraire. Continuer la lecture

L’origine de la Voie lactée peinte par Pierre Paul Rubens

L’artiste flamand Pierre Paul Rubens nous a laissé une représentation de la Voie lactée qui s’inspire de la mythologie gréco-romaine.

Les nuits sans Lune, loin de toute pollution lumineuse, il est possible d’admirer dans le ciel la Voie lactée. Nous savons aujourd’hui que cette bande laiteuse, constituée d’une multitude d’étoiles, représente notre Galaxie vue par la tranche depuis notre observatoire terrestre situé à la périphérie. Avant de connaître cette explication scientifique, les hommes ont imaginé bien d’autres origines à la Voie lactée.

rubens

Dans l’Antiquité, les Grecs, dont l’existence était régie par une multitude de divinités, avaient imaginé un joli scénario : Zeus, après une relation adultérine avec une mortelle, se retrouva père d’un demi-dieu, Hercule. Continuer la lecture

L’amas des Pléiades s’élève au-dessus du brouillard

L’un des plus célèbres objets célestes du ciel hivernal, l’amas des Pléiades, se lève actuellement en début de soirée. Rencontre avec sept jeunes filles.

C’est un très bel amas ouvert, appelé amas des Pléiades ou Messier 45, que je vous propose de découvrir aujourd’hui dans la constellation du Taureau.

Dans la mythologie grecque, les Pléiades étaient les sept filles d’Atlas et de Pléioné. Quant à Messier 45, c’est la référence de cet objet céleste dans le catalogue de l’astronome français Charles Messier établi au 18ème siècle.

pleiades1

Les étoiles de l’amas sont nées ensemble il y a une centaine de millions d’années et certaines sont encore entourées de nébulosités qui s’effilochent peu à peu. Depuis leur naissance elles s’éloignent les unes des autres ; dans 250 millions d’années il ne restera plus rien de l’amas et les étoiles poursuivront solitairement leur évolution.

pleiades2

L’amas des Pléiades s’étend sur une surface apparente de 2° dans le ciel, l’équivalent de quatre fois la Pleine Lune. Continuer la lecture

Non, la Lune n’est pas blanche à l’horizon !

De nombreuses photographies de la Super Lune qui ont circulé sur les réseaux sociaux sont en réalité des montages maladroits. Explications.

Vous avez sans doute vu passer beaucoup d’images de notre satellite naturel le 14 novembre. Les médias faisant leur une en annonçant la plus grosse Pleine Lune depuis 1948, chacun a voulu immortaliser le phénomène. Mais comme la météo n’était pas très favorable, certains photographes ont créé leurs propres images en intégrant une photo de notre satellite naturel dans un cliché de paysage, souvent en plaçant sur l’horizon une Lune photographiée en plein ciel à une autre occasion. Petit problème : à l’horizon la Lune n’est pas blanche, et voici pourquoi. Continuer la lecture

Printemps 1996 : la comète Hyakutake fait le spectacle

Le mois de mars 1996 fut marqué par l’arrivée rapide de la somptueuse comète Hyakutake qui fit un passage remarqué.

Les comètes sont imprévisibles et ce n’est pas C/1996 B2 qui démentira le dicton. Totalement imprévue, la comète Hyakutake fit une brève mais superbe apparition au printemps 1996 dans le ciel de l’hémisphère nord.

En vidéo : la comète Siding Spring frôle la planète Mars en 2014

Retour en arrière au début de l’année 1996. Les astronomes surveillent alors la comète Hale-Bopp, un astre chevelu découvert six mois plus tôt par deux astronomes américains et qui doit assurer le spectacle au printemps 1997.

comet

Pourtant, le 30 janvier 1996, un astronome amateur japonais, Yuji Hyakutake, repère à l’aide d’une grosse paire de jumelles de 150 millimètres de diamètre une nouvelle comète qui va porter son nom et restera célèbre. Continuer la lecture

Le fuseau poussiéreux de la galaxie lenticulaire NGC 5866

La constellation du Dragon héberge une curieuse galaxie, NGC 5866. Vue exactement par la tranche, elle révèle un long fuseau poussiéreux.

Coincée entre la Petite et la Grande Ourse, la constellation boréale du Dragon abrite une surprenante galaxie lenticulaire, NGC 5866. Située à 44 millions d’années-lumière de nous, NGC 5866 est à l’origine d’une incertitude dans le catalogue Messier. Son observation est rapportée par l’astronome français Pierre Méchain en 1781 et Charles Messier la classe alors dans son catalogue des objets nébuleux comme M 102 ; mais quelques temps plus tard Méchain signale qu’il s’est trompé et que son observation correspond en fait à une galaxie déjà connue, M 101 dite la galaxie du Moulinet.

ngc_5866

Même si l’image ci-dessus (prise par le télescope spatial Hubble en novembre 2005) semble assez inhabituelle, la finesse de ce disque galactique n’a rien d’exceptionnel. D’autres galaxies pourraient nous montrer le même profil mais nous ne les voyons pas exactement par la tranche comme c’est le cas avec NGC 5866. Continuer la lecture

En vidéo : le ciel en 2015, des spectacles célestes à foison

En cette fin d’année, voici le ciel en 2015, la rétrospective pour revivre en images les grands spectacles célestes qui ont égayé le ciel depuis janvier.

Les douze mois qui se sont écoulés ont été riches en phénomènes astronomiques : une éclipse partielle de Soleil, une éclipse totale de Lune, deux petites comètes (C/2014 Q2 Lovejoy et C/2013 US10 Catalina) et de nombreux rapprochements entre planètes, avec parfois la Lune en invitée surprise. Comble de chance, la météo a été généralement assez favorable pour permettre de photographier la plupart de ces phénomènes.

Je vous propose de retrouver le ciel en 2015 à travers une vidéo réalisée à partir d’une sélection de mes plus belles images. Je remercie Valère Leroy, astronome amateur et musicien (je vous invite à aller l’écouter sur Space-music), dont l’un des morceaux accompagne mon travail.

La première partie de la vidéo est consacrée à la Lune. On y retrouve des croissants (jeunes et vieux) accompagnés ou non de lumière cendrée, des paysages éclairés par notre satellite naturel avant qu’il ne soit trop éblouissant. Une part importante est ensuite consacrée à la Pleine Lune et à la superbe éclipse du 28 septembre.

Continuer la lecture

La vallée de Pololu à Hawaii, un paradis vert sous la Lune

Au nord de l’île d’Hawaii, dont le sommet est occupé par des télescopes, la vallée de Pololu révèle sa luxuriante végétation sous la lumière de la Lune.

Quand on parle de l’île d’Hawaii aux astronomes, ils pensent aux grands télescopes qui ont été installés au sommet du Mauna Kea, ce volcan endormi qui culmine à 4205 mètres d’altitude.

Regroupées au sein de l’Observatoire du Mauna Kea, une dizaine de coupoles accueillent les instruments de différents pays. Les plus emblématiques sont les télescopes jumeaux Keck et le télescope Canada-France-Hawaii. Ils bénéficient du meilleur ciel de l’hémisphère nord, loin de toute pollution lumineuse.

rogelio1

L’île d’Hawaii est une terre de contrastes : alors qu’on rencontre au sommet du Mauna Kea une zone aride au climat polaire (il peut y neiger), les régions qui bordent l’océan Pacifique nord connaissent un climat tropical humide qui permet le développement d’une végétation exubérante.

Continuer la lecture

En vidéo : pourquoi les étoiles sont-elles magnétiques ?

Observées depuis Galilée, les taches solaires trahissent l’existence d’un champ magnétique, un phénomène également présent sur de nombreuses étoiles.

Pour les astronomes amateurs qui n’ont pas envie de passer leurs nuits dehors, il existe un domaine d’observation pendant la journée : en filtrant correctement leurs télescopes, ils peuvent surveiller les taches solaires, ces zones sombres à la surface de notre étoile révélatrices d’anomalies magnétiques. Parfois ces taches laissent s’échapper de la matière coronale dans l’espace, des particules énergétiques qui produisent les merveilleuse aurores boréales quand elles entrent en contact avec l’atmosphère terrestre.

Le Soleil n’est qu’à 150 millions de km de nous et les télescopes solaires nous permettent d’observer de très fins détails dans les taches pour mieux comprendre les phénomènes magnétiques en jeu. Mais l’opération est impossible dans le cas des étoiles, beaucoup trop éloignées. Comment savoir si certaines ont également un champ magnétique ?

Les astronomes ont contourné ce problème de distance en étudiant les variations du spectre des étoiles pendant leur rotation. On sait en effet qu’un champ magnétique provoque la polarisation de la lumière dans les raies spectrales, un phénomène connu sous le nom d’effet Zeeman (cette découverte a valu le prix Nobel de physique en 1902 au physicien néerlandais Pieter Zeeman).

Continuer la lecture

En vidéo : Scintillaris, l’histoire d’un cueilleur d’étoiles

Joaquin Baldwin est l’auteur d’une très jolie vidéo dans laquelle il se met en scène pour se faire un collier d’étoiles qu’il cueille dans la Voie lactée.

Dans le désert de Mojave, en Californie, loin de toute pollution lumineuse, les étoiles sont innombrables et la Voie lactée se contemple avec ravissement.  Pour le photographe Joaquin Baldwin, l’occasion est trop belle pour se priver d’immortaliser la voûte céleste avec son boîtier photographique.

Et comme l’on fait avant lui  Greg Gibbs en Australie, Daniel Lopez aux Canaries, Miguel Claro au Portugal ou encore Babak Amin Tafreshi au pied du Kilimanjaro, Joaquin Baldwin décide de réaliser un time-lapse, un montage vidéo dans lequel ont enchaîne un grand nombre d’images à une cadence élevée pour accélérer un phénomène naturel, en l’occurrence la rotation apparente du ciel étoilé.

Continuer la lecture

Découverte d’un anneau de galaxies géant

En traquant les sursauts gamma, des astronomes ont découvert un immense anneau de galaxies dont le diamètre avoisine 5 milliards d’années-lumière.

Détectés accidentellement par des satellites militaires à la fin des années 1960, les sursauts gamma (en anglais gamma-ray bursts ou GRB) constituent les événements les plus énergétiques connus dans l’Univers (après le Big-Bang), libérant autant d’énergie en quelques secondes que le Soleil ne le fera tout au long de son existence (10 milliards d’années).

Ces sursauts gamma sont émis lors de l’effondrement d’étoiles massives dans des trous noirs. Leur énorme luminosité permet aux astronomes de cartographier l’emplacement des galaxies lointaines à l’aide d’instruments dans l’espace comme Swift, ou au sol (en utilisant par exemple les antennes du VLA au Nouveau-Mexique).

gamma2

Comme le rapporte un papier de la Royal Astronomical Society, une équipe américano-hongroise dirigée par le professeur Lajos Balazs (Observatoire de Budapest) a découvert plusieurs sursauts gamma a environ 7 milliards d’années-lumière inscrits dans un cercle de 36° dans le ciel, plus de 70 fois le diamètre apparent de la Pleine Lune !

Continuer la lecture

Que nous réserve le ciel nocturne du mois d’août ?

Nuits des étoiles, essaim des Perséides, Voie lactée et rendez-vous lunaires sont au programme de ce mois d’août, traditionnellement celui des vacances.

En août, faisons ce qu’il nous plaît : avec les congés annuels et la douceur des nuits d’été, chacun peut en profiter pour admirer le ciel nocturne, en particulier à l’occasion des Nuits des étoiles 2015 qui se tiendront les 7, 8 et 9 août un peu partout en France (ci-dessous l’édition 2014 organisée par la SAB à Dijon).

ciel_aout

Voici quelques phénomènes célestes à ne pas manquer : les 8 et 9 août avant le lever du Soleil, vous pourrez suivre le passage d’un vieux croissant de Lune (une semaine après la Lune bleue du 31 juillet) à proximité des amas d’étoiles des Hyades et des Pléiades.

Continuer la lecture

Les étoiles s’éteignent au sommet du mont Kaimaktsalan

Sur le mont Kaimaktsalan, le troisième plus haut sommet de Grèce, le jour naissant chasse la nuit au-dessus d’une chapelle orthodoxe serbe.

Troisième plus haute montagne grecque après les monts Olympe et Smolikas, le Kaimaktsalan culmine à 2528 m d’altitude dans le massif des Voras. Ce massif montagneux marque la limite nord de la Grèce, tout comme l’Épire où se trouve le monastère de Giromeri.

ciel_grece

Frontière naturelle entre la Grèce et la République de Macédoine, cette région a connu de violents combats en 1918 lorsque les troupes franco-serbes lancèrent leur offensive contre la Bulgarie.

Continuer la lecture

Les étoiles scintillent dans l’amas de la Crèche

L’astrophotographe Michele Brusa a capturé avec son télescope la beauté de l’amas de la Crèche.

Le 44ème objet du catalogue de Charles Messier (que l’astronome italien Galilée avait déjà observé avec sa modeste lunette en 1610, 180 ans plus tôt) est un bel amas ouvert d’étoiles situé dans la constellation du Cancer à environ 600 années-lumière de nos télescopes. Messier 44 est aussi appelé Praesepe, la Crèche ou encore la Ruche.

messier44

Un milliers d’étoiles forment cet amas qui serait né il y a 600 millions d’années. Alors que les étoiles de l’amas des Pléiades, beaucoup plus jeunes (100 millions d’années), sont encore entourées de nébulosités, celles de M 44 ont abandonné leurs enveloppes gazeuses et se dispersent peu à peu dans l’espace.

L’image de l’amas de la Crèche proposée ci-dessus a été réalisée par l’astrophotographe italien Michele Brusa avec un appareil photo placé derrière un télescope de 25 centimètres de diamètre.

La découverte de l’amas de la Crèche est attribuée au poète grec Aratos de Soles vers 260 avant JC. Heureuse époque où l’absence totale de pollution lumineuse permettait à chacun d’admirer les merveilles du ciel nocturne depuis le pas de sa porte…

Début de la dix-septième édition des RAP

C’est aujourd’hui jeudi 14 mai que débute la 17e édition des Rencontres Astronomiques de Printemps. Pendant 4 jours et 3 nuits, environ 300 passionnés d’astronomie vont se retrouver en Haute-Loire, dans la petite ville de Craponne sur Arzon qui pour l’occasion coupe ses éclairages.

rap

Dans un cadre encore épargné par la pollution lumineuse, les astronomes amateurs vont pouvoir observer et échanger ensemble. De très nombreux instruments (dont plusieurs télescopes de gros diamètre et une multitude de lunettes astronomiques) seront installés sur le site.

Continuer la lecture

Des étoiles et des lucioles sur le lac Natron

Le nord de la Tanzanie est connu pour accueillir le célèbre lac Natron. Cette réserve d’eau peu profonde est particulièrement chargée en sels, principalement du bicarbonate de soude qui attire des micro-organismes aquatiques donnant à l’eau sa célèbre couleur rouge.

natron

Cette région offre un ciel nocturne exempt de pollution lumineuse, comparable à celui qu’on découvre depuis le Kilimanjaro, avec les constellations et la Voie lactée australes, sans oublier des objets célestes aussi beaux que les Nuages de Magellan.

Continuer la lecture

Le croissant de Lune surplombe l’étoile Aldébaran

Chaque soir apporte son lot de jolis paysages célestes. Le 19 avril un très mince croissant de Lune se montrait à l’horizon dans un ciel encore bien clair, 24 heures après la Nouvelle Lune. Le lendemain Séléné avait pris un peu de hauteur et nous offrait une jolie lumière cendrée.

lune_aldebaran2

Hier soir enfin notre satellite naturel était remonté le long de l’écliptique, trônant au-dessus d’Aldébaran et de quelques étoiles de l’amas des Hyades (une occultation d’Aldébaran par la Lune était même observable en Amérique du Nord et en Islande).

carte_aldebaran_hyades

Continuer la lecture

Participez à l’International Dark Sky Week

C’est en 2003 que Jennifer Barlow proposa de se mobiliser en faveur de la préservation du ciel nocturne chaque semaine du mois d’avril centrée sur la Nouvelle Lune.

Pour justifier sa démarche, la jeune étudiante américaine expliqua : «Je veux que les gens puissent voir les merveilles du ciel nocturne sans souffrir des effets de la pollution lumineuse . L’Univers est à la fois notre histoire et notre avenir… Je veux participer à sa préservation».

dark_sky_week

En un plus d’une décennie l’International Dark Sky Week est devenue une manifestation majeure dans le petit monde de l’astronomie. Je vous propose d’y participer en m’adressant votre plus belle photographie révélant la beauté du ciel nocturne loin de toute lumière artificielle (Voie lactée, champ stellaire, nébuleuse, galaxie…)

Continuer la lecture

L’ISS passe entre Persée et Cassiopée

Tout le monde n’est pas Ralf Vandeberg, cet astronome amateur néerlandais qui photographie avec son télescope l’ISS (la Station spatiale internationale) sous toutes ses coutures. Mais grâce au site Heavens Above, chacun peut connaître les instants de passage de la Station et sa trajectoire devant les constellations.

iss2

Il suffit alors d’être dehors quelques minutes avant l’heure prévue et de lever les yeux pour voir circuler lentement dans le ciel l’ISS comme un point lumineux non clignotant dont l’éclat est équivalent à celui de la planète Jupiter.

Continuer la lecture