Paysages lunaires à explorer (6) : la chaîne des Apennins

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Partons à l’ascension des Apennins.

Cette sixième promenade nous entraîne dans l’hémisphère nord lunaire, sur les pentes de la chaîne des Apennins, un massif montagneux qui se trouve sur la rive SUD-EST de la Mer des Pluies (Mare Imbrium) qu’elle sépare de la Mer des Vapeurs (Mare Vaporum). La chaîne, dont certains sommets peuvent atteindre 5.000 m,  prend naissance au niveau du cratère Eratosthène (58 km de diamètre) et s’achève 600 km plus loin par le Cap Fresnel.

Tout comme pour Platon et Vallis Alpes, la région des Apennins est à observer autour des 9ème et 22ème jours de la lunaison avec un éclairage rasant. 

Cette nouvelle image que nous propose l’astronome amateur Alain Brodin va nous servir de guide pour repérer quelques particularités de la plus spectaculaire des chaînes de montagnes lunaires. Commençons par admirer Erathosthène, beau cratère aux contours très nets doté d’un piton central et qui porte le nom du célèbre astronome grec qui mesura le premier la circonférence terrestre. Remarquez un peu plus haut Wallace, les restes d’un cratère de 26 km de diamètre en grande partie comblé par la lave.

Survolons ensuite lentement la chaîne dont on remarque les deux versants très différents : abrupt du côté de Mare Imbrium, en pente douce du côté de Mare Vaporum. Arrêtons-nous un moment sur les Monts Hadley (du nom de l’astronome anglais qui fabriqua des instruments astronomiques au XVIIIe siècle) : c’est à leur pied que les astronautes David Scott et Alfred Worden (mission Apollo 15) se promenèrent en jeep électrique pendant l’été 1971.

Les possesseurs de télescopes d’au moins 20 cm de diamètre profiteront d’une atmosphère stable pour rechercher la rainure (rima) d’Hadley longue de 80 km mais dont la largeur oscille seulement entre 1,6 et 1,8 km, ce qui la rend beaucoup plus difficile à observer que Rima Bradley.

Paysages lunaires déjà explorés :

PS : sur les images de cet article la Lune est orientée telle qu’elle apparaît à l’œil nu, dans une paire de jumelles ou une longue-vue terrestre. Dans une lunette ou un télescope les images sont renversées (SUD en haut et EST à gauche).

 

3 réflexions sur “ Paysages lunaires à explorer (6) : la chaîne des Apennins ”

  1. Encore un merveilleux voyage que tu nous propose avec ce survole de la chaines des Apennins et ses cratères voisin .
    Merci encore pour la diffusion de mes photos et reste a ta disposition pour la suite .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *