Rendez-vous entre Jupiter et le vieux croissant de Lune

Nouveau spectacle céleste pour ceux qui se sont levés tôt ce matin avec le rapprochement apparent entre Jupiter et un vieux croissant de Lune. 

Hier je vous avais présenté un chapelet de lumière cendrée à l’aube, trois jours avant la Nouvelle Lune (ce mois d’octobre compte d’ailleurs deux nouvelles lunes, ce qui ne s’était pas vu depuis le mois de mars 2014). 24 heures plus tard le vieux croissant de Lune s’est encore aminci tout en se décalant à l’EST, ce qui le place à proximité de la plus grosse planète du Système solaire.

lune_jupiter2

Bien entendu il s’agit comme à chaque fois d’un rapprochement apparent. Notre satellite naturel se trouve à un peu plus de 400.000 kilomètres alors que Jupiter est à 950 millions de kilomètres. Continuer la lecture

Chapelet de lumière cendrée à l’aube du 27 octobre

La fin de la lunaison approche et une douce lueur accompagne le croissant de Lune en chapelet à l’aube. C’est le clair de Terre ou lumière cendrée.

C’est un spectacle dont on ne se lasse pas : pendant les jours qui précèdent (à l’aube) ou suivent (le soir) chaque Nouvelle Lune, le visage de Séléné est légèrement éclairé, juste à côté du croissant très brillant.

lumiere_cendree2

Ce phénomène est appelé lumière cendrée ou clair de Terre : alors que le croissant est directement éclairé par le Soleil, le reste du disque lunaire reçoit la lumière solaire que la Terre renvoie dans l’espace.

lumiere_cendree1

Vue de la Lune, la Terre est quatre fois plus grosse dans le ciel que notre satellite naturel, une spectacle que seuls ont pu admirer les astronautes des missions Apollo et qui a été immortalisé par différentes sondes lunaires (voir par exemple les images prises par la sonde japonaise Kaguya). Continuer la lecture

Festival d’aurores polaires après une tempête géomagnétique

Des aurores polaires ont illuminé les cieux nocturnes de l’Arctique et de l’Antarctique le 25 octobre suite à une tempête géomagnétique de niveau G3. 

Les astrophotographes installés dans les régions polaires étaient en alerte après l’avis de tempête géomagnétique lancé par la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) pour les 25 et 26 octobre (le spectacle pourrait dont se répéter pendant quelques nuits). L’arrivée sur Terre d’une bouffée de vent solaire (échappé d’un trou coronal observé à la surface du Soleil) se déplaçant à plus de 700 km/sec a provoqué une série d’aurores polaires.

aurore

Elles ont été observées aux deux extrémités de notre planète comme le prouvent les images obtenues en Alaska par Marketa S. Murray et en Tasmanie par Rebecca Brogan.

aurore2

Cette tempête géomagnétique était de niveau G3 sur une échelle d’intensité définie par la NOAA et qui s’échelonne de G1 (mineure) à G5 (extrême). Continuer la lecture

La Voie lactée se déploie sur le glacier de Gepatsch en Autriche

C’est sur le glacier autrichien de Gepatsch que nous emmène le photographe Nicholas Roemmelt pour y admirer la Voie lactée au-dessus des séracs.

Nicholas Roemmelt est un alpiniste et un photographe dont je vous avais présenté il y a quelques temps l’image d’une escalade nocturne sous la Voie lactée dans le Tyrol. Le voici qui récidive avec un nouveau cliché réalisé dans les Alpes autrichiennes, sur le glacier de Gepatsch. Le terme de cliché est d’ailleurs impropre, puisqu’il s’agit en réalité d’une mosaïque de 6 images (posées chacune 30 secondes à 6.400 iso à l’aide d’un objectif de 14 mm de focale ouvert à 2,8), nous offrant un panorama sur 240°, ce qui donne ce curieux aspect à la Voie lactée.

glacier_voie_lactee

Le même procédé de mosaïque avait déjà été utilisé par l’astrophotographe Michael Goh pour réaliser une étonnante image de la Voie lactée depuis le désert des Pinnacles en Australie. Continuer la lecture

L’espace sans gravité raconté par Florence Porcel

Florence Porcel publie son premier livre, « L’espace sans gravité ». Un ouvrage très drôle qui nous révèle la face cachée de l’exploration spatiale.

Si vous avez l’habitude de surfer sur internet pour y dénicher des informations et des vidéos au sujet de l’espace, le nom de Florence Porcel ne vous est certainement pas inconnu. Cette blogueuse de 33 ans (qui est également auteure et comédienne), très présente sur les réseaux sociaux, produit régulièrement des vidéos pleines d’humour dans lesquelles sont abordés tous les sujets qui touchent l’exploration de l’espace et les sciences de l’Univers (vidéos rassemblées sur sa chaîne YouTube).

porcel

Son premier livre, L’espace sans gravité, est sorti en librairie le 19 octobre : un ouvrage plein d’humour qui rassemble 31 histoires souvent inconnues du grand public à propos de la conquête de l’espace. Continuer la lecture

Comment photographier une rotation d’étoiles

Vous avez envie d’immortaliser une rotation d’étoiles au-dessus d’un joli premier plan ? C’est possible en suivant les quelques conseils qui suivent.

Commençons par une petite explication : ce qu’on appelle une rotation d’étoiles est en réalité la visualisation du mouvement de rotation de la Terre sur elle-même. Vous l’avez remarqué, les astres effectuent dans le ciel un mouvement apparent d’EST en OUEST en raison du mouvement réel de notre planète sur elle-même.

L’axe de rotation terrestre peut être prolongé dans l’espace : depuis l’hémisphère nord il passe juste à côté de Alpha Ursae Minoris, l’étoile la plus brillante (magnitude 2) de la constellation de la Petite Ourse, à qui on a donc donné le nom d’étoile polaire. Si vous observez le ciel nocturne en direction de l’étoile polaire, vous remarquerez que les constellations semblent tourner autour de cet astre au cours de la nuit, un mouvement apparent que l’on peut photographier.

christ

La technique pour enregistrer le mouvement apparent des astres autour de l’étoile polaire est assez simple : on prend un maximum de clichés de cette zone du ciel qu’on additionne ensuite à l’aide d’un logiciel. Continuer la lecture

Pleine Lune dans l’ombre du Mauna Kea

Étonnante photographie que celle réalisée par Greg Chavdarian depuis le sommet du Mauna Kea dans l’ombre duquel brille la Pleine Lune. 

Le Mauna Kea est un volcan bouclier endormi âgé de près d’un million d’années. Situé sur l’île d’Hawaii, il culmine à 4.207 mètres d’altitude et sa dernière éruption remonte à environ 4.500 ans. Son sommet, régulièrement au-dessus des nuages, offre l’un des meilleurs sites d’observations astronomiques de l’hémisphère nord et accueille un Observatoire.

mauna_kea

Quand Greg Chavdarian est arrivé au sommet du Mauna Kea dans la soirée du 15 octobre, au-dessus d’une mer de nuages, ce n’est pas l’Observatoire qui a attiré son regard, mais plutôt la Pleine Lune qui se levait sur l’horizon juste dans l’ombre du volcan endormi. Le Soleil, très bas lui aussi, était situé à l’opposé, dans le dos de l’observateur.  Continuer la lecture

VLT : un laser pointé vers le cœur de la Voie lactée

Comme beaucoup de télescopes équipés d’une optique adaptative, le Very Large Telescope utilise un laser pour créer une étoile artificielle.

Les étoiles, dont la lumière met au minimum plusieurs années avant de nous parvenir, sont des sources de lumière ponctuelles que nous voyons scintiller en raison des mouvements permanents et imprévisibles de notre atmosphère. Si nous essayons d’amplifier l’image de ces astres plusieurs dizaines ou plusieurs centaines de fois à l’aide d’un télescope, nous obtiendrons des images brouillées très éloignées des caractéristiques optiques théoriques correspondant au diamètre de nos instruments.

Depuis plusieurs décennies les astronomes professionnels ont trouvé une façon élégante de contrer les méfaits de la turbulence atmosphérique en développant l’optique adaptative. Continuer la lecture

Sept planètes au palmarès d’un astronome amateur

L’astronome amateur américain Charles Chiofar a tiré le portrait de toutes les planètes du Système solaire avec une lunette astronomique. 

Les astrophotographes qui immortalisent les surfaces planétaires savent combien il est difficile de composer avec la turbulence atmosphérique.  L’atmosphère est en effet constituée d’une multitude de bulles de température et d’humidité différentes qui font subir aux rayons lumineux qui les traversent des réfractions variables et imprévisibles. Après leur traversée de l’atmosphère, les rayons lumineux venus de l’espace finissent dans nos télescopes avec des angles d’incidence aléatoires, donnant des images de médiocre qualité.

Les astronomes professionnels ont résolu le problème de la turbulence atmosphérique en plaçant leurs instruments d’observation au-dessus de l’atmosphère (cas du télescope spatial Hubble par exemple) ou en équipant les télescopes terrestres d’optiques adaptatives qui compensent les effets néfastes de cette turbulence.

planetes2

Pour un astronome amateur il faut s’armer de patience s’il veut espérer obtenir des images planétaires de qualité. Continuer la lecture

Les coupoles de l’Observatoire du Mauna Kea vues de l’espace

À quoi peut ressembler l’Observatoire du Mauna Kea vu depuis l’espace ? Réponse avec cette image réalisée par l’un des petits satellites CubeSat.

L’Observatoire du Mauna Kea héberge une dizaine de télescopes de 1 à 10 mètres de diamètre appartenant à différents pays au sommet du volcan Mauna Kea sur l’île d’Hawaï, à 4.205 mètres d’altitude (la France dispose là-bas d’un télescope de 3,6 mètres, le Télescope Canada-France-Hawaï).

Il y a quelques mois je vous avais présenté le site du Very Large Telescope au Chili vu de satellite, une image réalisée par l’un des satellites Pléiades. Cette fois c’est l’Observatoire du Mauna Kea que l’on découvre vu du ciel, photographié par un CubeSat.

mauna_kea

De nombreux cônes volcaniques parsèment le sommet stérile du Mauna Kea. On remarque au milieu de cette région désertique la petite tache verte du lac Waiau, le seul lac alpin d’Hawaï (il se situe à plus de 4.000 mètres d’altitude). Ce plan d’eau, alimenté par les précipitations hivernales, voit sa taille se réduire dramatiquement depuis quelques années en raison d’une sécheresse importante.

mauna_kea2

Les CubeSat sont des nanosatellites en forme de cube d’un décimètre de côté (l’équivalent d’un volume de 1 litre) pour une masse de 1,33 kilo. Continuer la lecture

Pleine Lune des chasseurs sur le château du Clos de Vougeot

Réalisée dans la soirée du 15 octobre, cette image nous permet d’admirer le château du Clos de Vougeot lors de la Pleine Lune des chasseurs.

Situé le long de la route des Grands Crus de Bourgogne entre Gevrey-Chambertin et Nuits-Saint-Georges, le château du Clos de Vougeot n’était au  XIIème siècle qu’un ensemble de bâtiments à usage viticole construits au milieu des vignes par les moines de l’abbaye de Cîteaux. C’est à partir du XVIème siècle qu’apparut le corps de logis de style Renaissance que l’on peut admirer aujourd’hui.

lune_chasseurs1

C’est là que se réunit régulièrement la Confrérie des Chevaliers du Tastevin pour défendre la Bourgogne et ses grands vins à l’occasion de banquets mémorables, les Chapitres. Continuer la lecture

Klim Churyumov, le papa de la comète Tchouri, est mort

L’astronome Klim Churyumov est mort le 15 octobre 2016. Il était le co-découvreur de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko explorée par la sonde Rosetta.

Né en 1937, l’astronome russe Klim Churyumov doit sa célébrité à une lointaine découverte. Le 23 octobre 1969 il remarque une petite tache floue sur des plaques photographiques réalisées à l’Institut d’astrophysique d’Alma-Ata par sa collègue Svetlana Ivanovna Gerasimenko. L’astre en question, qui s’est déplacé devant le fond des étoiles, est une nouvelle comète périodique qui prend le nom de 67P/Churyumov-Gerasimenko.

klim_chury

Tout le monde ou presque oublie la comète 67P pendant plus de 30 ans. En 2003 l’ESA a prévu de lancer une sonde, Rosetta, en direction de la comète 46P/Wirtanen, un grand projet sur lequel l’agence européenne travaille depuis une décennie. Continuer la lecture

Le 16 octobre c’est la Pleine Lune des chasseurs

Profitez de la soirée du dimanche 16 octobre pour admirer le lever de la Pleine Lune des chasseurs si vous avez une météo clémente.

Traditionnellement la Pleine Lune des chasseurs est celle qui suit la Pleine Lune de l’équinoxe d’automne (appelée aussi Lune des moissons ou des récoltes).

pleine_lune21

En 2015 la Pleine Lune des chasseurs s’était produite le 27 octobre et je l’avais photographiée lors de son lever dans l’axe de l’aérodrome de Nuits-Saint-Georges au moment du passage d’un petit avion de tourisme, sans doute un Robin DR 400. Continuer la lecture

Sur l’île d’Hawaii, de la lave en fusion sous la Voie lactée

La puissance de la Terre sous le ciel étoilé s’exprime dans cette superbe image d’une coulée de lave sur les pentes d’un volcan à Hawaii. 

Le photographe américain Mike Mezeul a capturé sur un même cliché réalisé au mois de  septembre la lave en fusion, la jeune Lune, la Voie lactée et un météore, tout cela sur l’île d’Hawaii. Muni d’un boîtier Nikon D810 et d’un objectif Nikkor 14-24mm de focale (ouvert à 2,8), le photographe a posé pendant 25 secondes avec une sensibilité de 2.500 iso.

lave

Si la lave, la Lune et la Voie lactée étaient en place au moment où Mike Mezeul a déclenché, il doit à la chance la présence d’une brillante étoile filante qui s’est invitée pendant la prise de vue, une probabilité sans doute aussi faible pendant une pose de 25 secondes que celle de gagner à la Green Card Lottery, la loterie américaine ! Continuer la lecture

Des vignes aux couleurs de l’automne sous l’ISS

Le 11 octobre en début de soirée la Station spatiale internationale (ISS) était visible en Bourgogne au-dessus des vignes aux couleurs d’automne.

Cela ne vous a pas échappé : nous sommes en automne depuis le 22 septembre, jour de l’équinoxe. Les journées continuent de raccourcir et les nuits sont plus longues et plus fraîches. L’automne est sans doute la plus belle saison en Bourgogne, quand les feuilles de vignes se parent de mille couleurs après les vendanges. Pourquoi ce festival de couleurs ? Tout simplement parce que la chlorophylle (qui donne aux feuilles leur couleur verte l’été) cesse d’être produite lorsque les jours raccourcissent, laissant la place à d’autres pigments, principalement du jaune produit par des flavonoïdes et de l’orange libéré par les caroténoïdes.

iss_automne

Le 11 octobre en début de soirée la Station spatiale internationale (dont c’est actuellement l’expédition 49) a eu la bonne idée de faire une apparition au-dessus des vignes du côté de la constellation de la Grande Ourse (posée sur l’horizon NORD-OUEST) puis de traverser le ciel en frôlant l’étoile polaire, un passage annoncé  comme d’habitude sur Heavens-Above. Le cliché ci-dessus est l’addition de 5 poses de 30 secondes à 800 iso avec un objectif Samyang de 8 millimètres de focale (même pris à la suite les 5 clichés montrent des coupures dans la trace lumineuse laissée par l’ISS en mouvement). Continuer la lecture

La discrète comète 43P/Wolf-Harrington est de retour

Seuls de puissants télescopes peuvent suivre actuellement le passage de la comète 43P/Wolf-Harrington, un astre chevelu de faible éclat.

C’est le 22 décembre 1924 que l’astronome allemand Max Wolf découvre photographiquement la comète 43P/Wolf-Harrington depuis l’Observatoire de Heidelberg dont il est le directeur, une découverte qu’il confirme le lendemain par un autre cliché, montrant ainsi le léger déplacement en 24 heures de l’astre chevelu devant le ciel étoilé. La comète, qui circulait lentement dans la constellation du Taureau, était alors de magnitude 16.

comete2

En 1936 la comète est passée à seulement 0,13 Unité Astronomique de la planète gazeuse géante Jupiter, ce qui a considérablement modifié son orbite. C’est l’astronome américain Robert George Harrington qui la retrouva par hasard le 4 octobre 1951 depuis l’Observatoire du Mont Palomar. Continuer la lecture

Un très jeune cratère photographié sur Mars

La caméra de la sonde spatiale Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a photographié un cratère qui s’est formé il y a très peu de temps sur la Planète rouge.

Découvrir un nouveau cratère d’impact sur Mars est assez rare et toujours passionnant pour les planétologues. C’est le cas sur l’image ci-dessous qui a été obtenue grâce à la caméra HiRISE installée à bord de l’orbiteur MRO. Ce cratère, dont les éjectas ont été traités en fausses couleurs pour renforcer les contrastes,  est très récent puisqu’il est présent sur cette image réalisée par l’orbiteur en 2011 mais n’est pas visible sur des images de la même région prises deux ans plus tôt. En perçant la couche claire superficielle, la météorite qui est tombée là a fait jaillir du sous-sol de la poussière plus sombre.

cratere_mars

En général les planétologues, gens très patients, observent des changements à la surface des astres sur des durées beaucoup plus longues qui se chiffrent en milliers, voire millions d’années. Ce cratère a eu la bonne idée de se former presque en direct sous l’œil de MRO ! Continuer la lecture

Une chapelle tchèque sous la galaxie d’Andromède

Prise en République tchèque, une image nocturne d’une chapelle nous révèle un pan de ciel estival avec la très belle galaxie d’Andromède.

Le 4 août dernier, juste avant que ne débute en France la vingt-sixième édition des Nuits des étoiles, Petr Horálek a réalisé une très belle image en République tchèque. Délaissant les beautés du ciel nocturne dans le désert du Kalahari ou la féerie cosmique dans le ciel de La Silla, ce talentueux photographe s’est rendu dans les Beskides,  une chaîne de montagnes des Carpates servant de frontière à la République tchèque, à la Slovaquie, à la Pologne et à l’Ukraine. Il a posé son appareil photo au pied d’une chapelle dédiée à Marie qui fut construite en 1773 et inscrite depuis 2002 au Patrimoine national tchèque.

chapelle_galaxie2

Ce panorama (réalisé en combinant 43 images prises avec un objectif de 50 mm ouvert à 2,8 et posées chacune 8 secondes à une sensibilité de 8.000 iso) nous montre une joli morceau du ciel que l’on peut admirer en seconde partie de nuit début août. Continuer la lecture

Le 8 octobre, participez au Jour de la Nuit

Le 8 octobre se déroule la 8e édition du Jour de la Nuit, une opération de sensibilisation aux méfaits de la pollution lumineuse ; éteignez les lumières ! 

La première édition du Jour de la Nuit eu lieu en 2009 à l’occasion de l’Année mondiale de l’astronomie : il s’agissait de faire prendre conscience au grand public de l’importance de la préservation du ciel nocturne, de façon que chacun puisse admirer les étoiles, mais également pour tenir compte de la biodiversité nocturne.

Romain Sordello (Museum National d’Histoire Naturelle) explique les conséquences de l’excès d’éclairage artificiel sur la biodiversité. 

Si une centaine de manifestations marquèrent la première édition du Jour de la Nuit, près de 700 sont programmées le 8 octobre.

Continuer la lecture

Rotation d’étoiles au-dessus du château de Brochon

Le château de Brochon offre un cadre exceptionnel pour réaliser une photographie de la rotation apparente des étoiles autour du pôle nord céleste.

Le vendredi soir 9 septembre j’étais dans le parc du château de Brochon pour y photographier la Lune, Mars et Saturne qui passaient sur l’horizon SUD. Je me suis ensuite déplacé pour avoir l’étoile polaire au-dessus du château et réaliser un cliché montrant la rotation apparente des étoiles ( c’est en réalité la rotation de la Terre sur son axe passant par les pôles qui est à l’origine du déplacement apparent des astres d’EST en OUEST).

chateau_brochon_rotation

Ce cliché (repris par le site EarthSky) est l’addition de 90 poses de 30 secondes à 1600 iso avec un objectif Samyang de 8 mm de focale (ouvert à 3,5) et un boîtier Nikon D3200, addition réalisée automatiquement à l’aide du logiciel StarMaxContinuer la lecture