Quand Voyager 2 immortalisait Neptune et Triton

Les images acquises par les sondes Voyager il y a plus de 25 ans font toujours rêver, comme ce portrait des croissants de Neptune et Triton. 

Neptune a été découverte le 23 septembre 1846 par l’astronome allemand Johann Gottfried Galle qui se basa sur les calculs que lui avait transmis l’astronome et mathématicien français Urbain Le Verrier. La sonde américaine Voyager 2, qui avait quitté la Terre le 20 août 1977, survola Neptune en août 1989, trois ans après son passage à proximité d’Uranus.

Dix-sept fois plus massive que la Terre, la huitième planète du Système solaire met plus de 160 ans à parcourir son orbite autour du Soleil. Comme Uranus, Neptune est une géante de glace dont l’atmosphère se compose principalement d’hydrogène, d’hélium et de méthane qui lui donne son étonnante couleur bleue.

neptune_triton

Quant à Triton, le plus gros des 14 satellites de Neptune avec un diamètre d’environ 2.760 kilomètres,il a été découvert  le 10 octobre 1846 par l’astronome britannique William Lassell. Triton a sans doute été capturé par Neptune comme semble l’indiquer son orbite rétrograde (le satellite tourne dans le sens inverse de la rotation de la planète). 

Les images de la sonde Voyager 2 ont révélé la présence sur Triton d’un volcanisme actif (présence de panaches atmosphériques) comparable à celui qu’on rencontre sur d’autres lunes du Système solaire comme Io (satellite de Jupiter) ou encore Encelade (qui gravite autour de Saturne).

Réalisée le 31 août 1989, cette image a sans doute fait rêver à l’époque le regretté André Brahic, l’astrophysicien français décédé le 15 mai 2016 et qui avait participé dans les années 1980 aux missions Voyager aux côtés de l’exobiologiste Carl Sagan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *