Quand Callisto occulte Io

Tous les 6 ans en moyenne, les positions relatives du Soleil, de la Terre et de Jupiter offrent la possibilité d’observer les phénomènes mutuels des satellites de Jupiter(on parle de phémus).

On distingue deux grands types de phénomènes : les éclipses (un satellite passe dans l’ombre d’un autre satellite) et les occultations (un satellite passe devant un autre satellite). Le 02 novembre dernier Callisto a occulté Io, comme le montre ce montage réalisé par l’astronome amateur Marco Guidi qui utilisait un télescope de Dobson de 50 centimètres de diamètre (20 inch).

IoCallistoSequenza_Guidi

Callisto (quatrième satellite en partant de Jupiter) est le plus grand (4820 kilomètres) et le plus sombre (sa surface, un mélange de roche et de glace, est très ancienne). Io mesure 3640 kilomètres et la brillance de sa surface s’explique par sa position : premier satellite en partant de Jupiter, Io (déformé par les formes de marée engendrées par la planète gazeuse géante) compte plus de 400 volcans en activité qui remodèlent en permanence sa surface.

L’observation de telles occultations permet de suivre l’activité volcanique sur Io : la disparition du flux infrarouge émis par un volcan lorsqu’il est occulté par un satellite permet de localiser sa position sur Io.

Premier Quartier sur la ville

Voici le Premier Quartier de Lune de cette fin de mois de novembre, saisi en fin de journée au-dessus de Nuits-Saint-Georges, ville de Côte-d’Or célèbre pour ses grands vins.

ville1

J’ai choisi de réaliser cette image avant la nuit pour avoir un ciel encore clair, beaucoup plus photogénique. On distingue dans la ville de gauche à droite l’église Saint-Denis et l’église Saint-Symphorien. J’avais photographié la première à l’occasion d’une Pleine Lune voilée et la seconde le premier octobre, déjà pour un Premier Quartier !

Des îles mystérieuses sur Titan

Titan, le plus grand satellite de Saturne avec un peu plus de 5000 kilomètres de diamètre, a été découvert par l’astronome Christian Huygens en 1655.

Entouré d’une épaisse atmosphère, Titan n’a révélé sa surface que depuis une dizaine d’années grâce à la mission américano-européenne Cassini-Huygens (Cassini est l’orbiteur qui survole Saturne et ses satellites depuis 2004, Huygens est la sonde qui s’est posée sur Titan en janvier 2005). On a alors découvert sur ce satellite de grands lacs d’hydrocarbures (éthane et méthane).

titan2

C’est sur ces vastes étendues liquides et glacées (il fait en moyenne -180° C à la surface de Titan) que les chercheurs ont repéré ces dernières années deux formes inconnues. D’après les données fournies par le spectromètre Vims (Visible and Infrared Mapping Spectrometer) de l’orbiteur Cassini, il pourrait s’agir de vagues ou d’îlots de débris.

En attendant une nouvelle campagne d’observations début 2015, les scientifiques ont déjà baptisé ces zones Magic Island, les îles magiques.

Gaz et poussière autour de la comète 67P

Alors que l’ESA cherche toujours à localiser l’atterrisseur Philae sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, l’orbiteur Rosetta poursuit ses investigations.

comet2

Une mosaïque réalisée à partir de 4 images prises le 20 novembre par la caméra de navigation NavCam de Rosetta révèle une augmentation du niveau d’activité de la comète (qui se rapproche du Soleil), d’où s’échappent des petits jets de gaz et de poussière.

Des indices laissent également penser qu’une fine « atmosphère » de gaz et de poussière entoure la comète mais les scientifiques restent prudents pour le moment (il pourrait s’agir d’un phénomène de diffusion de la lumière provoquée par les optiques de la caméra NavCam).

Les images qui composent la mosaïque, d’une résolution d’environ 2,6 mètres/pixel, on été prises à une trentaine de kilomètres de distance.

La galaxie d’Andromède

Messier 31 est la galaxie la plus facile à distinguer sans instrument (magnitude 3,5). Sa taille apparente est équivalente à six fois le diamètre apparent de la Pleine Lune. Elle se situe dans la constellation d’Andromède.

ciel1

Située à 2,55 millions d’années-lumière, Messier 31 était considérée comme une nébuleuse jusqu’à ce qu’on découvre sa nature extra-galactique dans les années 1920. L’image ci-dessus a été réalisée dans les Hautes-Alpes avec un boîtier Nikon D 3200 et un objectif 18-105 mm.

Zoom sur le sol de Mercure

Première planète du Système solaire en partant du Soleil, Mercure est cartographiée par l’orbiteur américain Messenger depuis le mois de mars 2011.

Maintenant à court de carburant, la sonde se rapproche de la planète à chaque orbite et s’y écrasera au mois de mars 2015. Les scientifiques mettent à profit cette lente descente pour photographier le sol de Mercure avec une résolution inégalée.

Mercure

L’image ci-dessus présente une zone de 5,3 kilomètres de large. Acquise le 15 septembre dernier, cette photographie révèle les détails de la paroi sud du cratère Bechet, nommé en hommage au musicien et compositeur américain de jazz Sidney Bechet.

Remarquez la différence de texture de la paroi ainsi que les nombreux petits cratères provoqués par des impacts de météorites. Le cratère Bechet, d’un diamètre de 17,6 kilomètres, se situe dans les plaines volcaniques proches du pôle nord de Mercure.

Une éclipse solaire vue de l’espace

L’observatoire solaire SDO (Solar Dynamics Observatory) a été le seul a pouvoir photographier une éclipse partielle de Soleil le 22 novembre dernier, le phénomène n’étant observable que depuis l’orbite terrestre.

sdo1

L’image ci-dessus, prise dans l’ultraviolet extrême, nous montre le disque noir de la Nouvelle Lune mordant sur le disque solaire où l’on distingue certaines régions très actives.

Continuer la lecture

Le retour de la lumière cendrée

Après la Nouvelle Lune du 22 novembre et le minuscule croissant saisi 28 heures plus tard, la lumière cendrée ou clair de Terre a refait son apparition en soirée aux côtés d’un croissant de Lune qui ne cesse de s’épaissir.

lune5c

Ce sont les meilleures soirées pour en profiter avant que l’éclat du croissant de Séléné ne nous masque la douce clarté qui baigne le reste de son disque.

lune11

Profitez de la chute des feuilles à cette saison pour réaliser quelques compositions avec des arbres nus, toujours très photogéniques.

Les grosses météorites inquiètent les scientifiques

En février 2013, l’explosion d’un bolide au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk (image ci-dessous) était venue nous rappeler que la Terre n’est pas à l’abri d’une rencontre avec de grosses météorites.

russe1

La NASA le confirme avec la publication d’une étude menée entre 1994 et 2013.

Continuer la lecture

28 heures après la Nouvelle Lune

Hier soir je suis parvenu à photographier ce très fin croissant de Lune, 28 heures seulement après la Nouvelle Lune. Invisible à l’oeil nu, je n’ai pu le découvrir qu’à l’aide d’une paire de jumelles.

croissant3

Séléné va devenir beaucoup plus visible à partir de ce soir : le croissant, plus haut et plus épais, sera accompagné de la lumière cendrée. Le Premier Quartier aura lieu le 29 novembre et la Pleine Lune le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas.

L’image ci-dessus a été réalisée avec un boîtier Finepix HS20 et son zoom de 720 millimètres de focale.

Franges solaires

Cette photographie d’un lever de Soleil nous permet de découvrir un phénomène éphémère, les franges solaires. Il faut imaginer à cet instant que l’atmosphère terrestre est constituée d’un empilement de différentes couches d’air horizontales dont chacune a sa propre température.

Chaque couche d’air va donc agir différemment  sur la lumière solaire en réfractant plus ou moins ses rayons, ce qui se traduit par des variations de couleur et de forme du disque de notre étoile.

sol

Ce phénomène, comparable au faux mirage solaire, fait partie des photométéores, comme les nuages irisés, l’arc-en-ciel ou l’arc circumzénithal.

L’astéroïde Vesta cartographié

Lancée en 2007, la sonde américaine Dawn atteindra l’astéroïde Cérès en mars 2015. En 2012 elle s’était longuement attardée autour de Vesta, permettant d’en réaliser la première carte géologique qui vient d’être publiée (ci-dessous), fruit du travail d’une équipe de 14 scientifiques pendant 30 mois.

vesta

Avec un diamètre moyen de 530 km, Vesta (qui fut découvert le 29 mars 1807 par l’astronome Heinrich Olbers), est le second membre (derrière Cérès) de la ceinture d’astéroïdes qui circulent entre les planètes Mars et Jupiter.

Continuer la lecture

Taches solaires du 22 novembre

Saisies à l’aube à travers le brouillard matinal, voici les taches solaires actuellement observables (avec un filtre, pour ne pas mettre sa vue en danger !).

sol2

Je vous rappelle que les numéros sont attribués aux taches solaires (précédés des lettres AR pour Active Region) dans l’ordre d’apparition par la NOAA, National Oceanic and Atmospheric Administration. Les taches solaires visibles ce matin sont beaucoup moins spectaculaires que l’énorme tache solaire AR 2192.

Image réalisée avec un boîtier Finepix HS20 et son zoom de 720 mm de focale protégé par un filtre ND 400.

Le cratère lunaire Platon

Après Tycho, Clavius et Copernic, partons aujourd’hui à la découverte du cratère lunaire Platon, nommé ainsi par l’Union Astronomique Internationale en l’honneur du célèbre philosophe grec.

platon

Platon est un cratère d’impact de 100 km de diamètre situé au nord-est de la mer des Pluies, bien plus au nord que Copernic. En raison de son albédo très sombre (le fond du cratère est plus foncé que les mers environnantes), Platon est également surnommé le grand lac noir.

L’image ci-dessus a été réalisée en plaçant un boîtier photographique derrière un télescope de 125 mm de diamètre qui a joué le rôle d’un très puissant téléobjectif. Remarquez à droite de Platon la vallée des Alpes, une longue faille rectiligne qui coupe le massif montagneux du même nom.

Vous pourrez retrouver d’autres formations lunaires dans l’article consacré à la sélénographie. Ci-dessous localisation du cratère Platon un peu avant le Dernier Quartier, la meilleure période pour l’observer.

lune-platon

Tempêtes géantes sur Uranus

Depuis sa découverte en 1781 par William Herschel, Uranus fait peu parler d’elle. Il faut dire que la septième planète du Système solaire est une géante glacée (dont le diamètre dépasse 50.000 kilomètres) qui vogue à près de 3 milliards de kilomètres de nous et présente donc peu d’intérêt à priori.

uranus

D’ailleurs les seules images de la surface réalisées par une sonde (Voyager en 1986) avaient convaincu les astronomes de classer Uranus comme un astre sans caractéristique particulière en lumière visible, où l’on ne trouvait aucune des perturbations atmosphériques connues sur les autres planètes gazeuses (comme Jupiter et Saturne).

Continuer la lecture

La nébuleuse d’Orion

La plus belle nébuleuse du ciel se situe dans la constellation d’Orion. Cette nébuleuse, qui ressemble à une aile de papillon, porte le numéro 42 dans le catalogue de l’astronome français Charles Messier.

ciel6b

Sous un très bon ciel (ci-dessus dans les Hautes-Alpes), la nébuleuse Messier 42 est déjà visible à l’œil nu comme une petite tache floue (un peu plus haut que la croix du clocher).

Il y a sans doute très longtemps que les hommes ont remarqué la présence de cette nébuleuse bien qu’on attribue sa découverte en 1610 à Nicolas-Claude Fabri de Peiresc .

orion

Dans une lunette astronomique ou un télescope la forme caractéristique de la nébuleuse devient évidente avec en son centre plusieurs étoiles formant l’amas du Trapèze (image ci-dessus).

Seule la photographie peut révéler les couleurs des nébuleuses. En vision nocturne notre œil utilise les bâtonnets au fond de la rétine comme cellules réceptrices : ces derniers ne permettent que la vision en noir et blanc, avec des nuances de gris. Dans les gros télescopes qui collectent beaucoup de lumière on peut commencer à détecter visuellement de pâles couleurs dans la nébuleuse.

Sous Philae, la poussière cache la glace

On en sait désormais un peu plus sur le forage que Philae a tenté sans succès après s’être posé sur la comète  67P/Churyumov-Gerasimenko.

Lorsque l’atterrisseur a mis en marche sa foreuse Mupus, celle-ci n’a en effet pu s’enfoncer que de quelques millimètres dans le sol, même à pleine puissance.

mupus

Pour Tilman Spohn, l’un des responsables de l’instrument  Mupus (Multi-Purpose Sensors for Surface and Subsurface Science), les données recueillies par Philae, si on les compare à des mesures réalisées en laboratoire, suggèrent que la foreuse a rencontré de la glace solide sous une couche de poussière de 10 à 20 centimètres d’épaisseur.

Incroyables images de Philae au-dessus de sa comète

Alors que l’atterrisseur Philae s’est endormi sur la comète  67P/Churyumov-Gerasimenko après avoir épuisé sa pile, les ingénieurs de l’ESA continuent de dépouiller les informations scientifiques collectées ces derniers jours. Ils nous proposent aujourd’hui une mosaïque d’incroyables images montrant la descente et le premier rebond de l’atterrisseur.

esa

Il s’agit de clichés pris par la caméra Osiris depuis l’orbiteur Rosetta à une distance de la comète d’environ 15 kilomètres avec une résolution de 28 centimètres par pixel. Les heures sont en GMT (Greenwich Mean Time), il faut ajouter 1 heure pour avoir l’heure de Paris. Pendant sa descente l’atterrisseur se déplace d’ouest en est à une vitesse d’environ 0,5m/sec. Deux images permettent de voir la zone du premier rebond (touchdown point) avant et après.

La position définitive de Philae n’est toujours pas connue mais les ingénieurs de l’ESA sont confiants : l’analyse en cours d’autres images prises par Rosetta et Philae pendant ses rebonds devraient permettre de localiser l’atterrisseur.

L’arc circumzénithal

Beaucoup plus rare que l’arc-en-ciel, l’arc circumzénithal (qui est centré sur le zénith) se forme sous certaines conditions, si le Soleil se situe environ à une hauteur de 22 degrés et que ses rayons sont réfractés par des cristaux de glace présents dans les cirrus ou les traînées de condensation.

ciel8

Comme les nuages irisés ou le faux mirage solaire, l’arc circumzénithal fait partie des photométéores.